AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arcus Neodignis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arcus Neodignis

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 634
~ Gemmes : 1896

~ Statistiques
Physique:
40/100  (40/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 15:14

Informations

    Prénom : Arcus.
    Nom : Neodignis.
    Surnom(s) : ‘‘Arc’’ pour les intimes, ‘‘Commandant Néo’’ pour son équipe.
    Sexe : Masculin.
    Âge : 37 ans.
    Métier : Commandant de Braserio, il appartient à l’ordre des Caderyns.
    Faction : Royaume de Braserio.
    Réputation (entre 0 et 5) : 5, très réputé à Braserio pour ses multiples victoires. C’est un guerrier aguerrie est un excellent stratège. Nombreux espèrent de lui qu’il fasse tomber les commandants de l’Alliance. Cependant peu de gens le connaissent réellement à part son équipe et ses précieux amis.
    Race & description :
    Léviathan des Tempêtes :
     

Pouvoirs & Capacités

    Équipement :
    • Arme(s) :
       
    • Pièce(s) d'armure :
       
    • Autres :
       
    Éléments :
    • Glace.
    • Foudre. (Ses éclairs ont la particularité d'être bleus.)
    • Vent.
    • Métal.
    Pouvoirs :
    • Glaciation :
       
    • Paratonnerre :
       
    • Envol :
       
    • Métallo-maîtrise :
       
    Furie :
    Tempête Arctique :
     

Physique & Mental


    Physique :
      Arcus est un long léviathan d’une quinzaine de mètre de long à la fourrure blanche. Son ventre est recouvert de plaques argentées légèrement bleutés qui commencent en haut de son cou pour finir quasiment au bout de sa queue. Il possède une splendide crinière azure légèrement grisée recouvrant la totalité de son dos depuis sa tête jusqu’au même niveau que ses plaques. Celle-ci est très longue sur son front et son cou, puis commence à réduire de taille vers la moitié de son corps avant de disparaitre vers le bout de sa queue. Ses pattes avant sont sur le premier quart de son corps et les arrières délimitent sa moitié. Ses membres se rapprochent plus de ceux d’un félin et possède des griffes rétractiles. Il se déplace sur les doigts comme eux mais ceux-ci sont parfaitement articulés. Les supérieurs possèdent un pouce à l’arrière lui permettant de se saisir d’objets. Sa queue se termine par une longue touffe de poils ressemblant à une queue de cheval. Son visage est fin et son museau allongé. Ses yeux sont d’un bleu azur très profond. Il possède deux longues oreilles pointues à côté d’une paire de corne qui se dédouble vers leur sommet. Une partie s’enroulant sur l’avant et l’autre continuant vers l’arrière. Il a de très longues moustaches blanches qu’il laisse souvent pendre derrière et pas sur les côtés comme certains de ses semblables. Il possède plusieurs cicatrices sur le corps mais heureusement pour lui la plupart sont cachés sous sa fourrure. Les plus flagrantes sont des marques de morsures sur son cou, des griffures profondes sur ses côtes et une grosse marque sur l'une de ses pattes avant. Son corps serpentin et naturellement fin cache en réalité une force énorme et très souvent surprenante.
    Caractère :
      La première chose qui peut marquer chez Arcus, c’est sa sagesse immense malgré son jeune âge. Les frontières et les factions lui importent peu. S’il veut aller quelque part, il ira. Si quelqu’un a besoin d’aide, il l’aidera. S’il veut rencontrer quelqu’un, il s’arrangera pour le rencontrer. De plus, il adore connaitre ses ennemis. Pas pour mieux les affronter, ni même pour gagner leur confiance et ensuite les trahir, simplement pour discuter de leurs avis divergeant en dehors que sur un champ de bataille où le temps de conversation est écourté. Pour lui l’amitié n’a pas de frontière, ni de faction, c’est quelque chose de précieux, même entre ennemi car il permet de remettre le monde et les avis en question. Découvrir du bon dans les idées adverses, prévenir les failles de leurs propres ambitions. ‘‘Tout le monde agit pour de bonnes intentions, parfois au détriment des autres. Mais il est important de les écouter et de les comprendre.’’ Cependant il n’est pas non plus naïf à croire que le monde et merveilleux et que les conflits n’ont aucun sens. Pour lui, la guerre a ses raisons et une place comme toutes autres choses. Il est de toute manière quelqu’un de très optimiste et essaye toujours de voir l’intérêt même dans ce qui lui fait peur et ce qui le dégoute. Mais une question s’impose alors. Pourquoi n’est-il pas resté neutre ? Arcus, est persuadé que le pouvoir ne peut être divisé sans inégalité. La notion de supériorité et d’infériorité existe au sein de la nature même. Personne ne peut y remédier. Que l’espèce supérieur domine est une nécessité, car celle-ci peut montrer et partager son savoir pour aider celles plus faible. De plus rien n’est éternel. Les dragons sont la race la plus puissante aujourd’hui, mais il ne l’était pas autrefois et ne le seront plus un jour. La notion de domination est quelque chose d’éphémère. Les créatures évoluent pour affronter ce qui les surpasse. Il est donc nécessaire que quelqu’un domine et en ce temps, les dragons sont tout désigner pour le faire. Il a donc choisis Braserio et est fière de les servir. Cependant il ne voit pas d’un mauvais œil ce que proposent les autres factions et serait prêt à proposer d’adapter certaines de leurs idéaux au Royaume.
      Il n’est pas quelqu’un de méchant, il est quelqu’un de très doux et de très sensible. A l’écoute des autres et de leurs besoins. S’il peut aider, il le fera. Mais s’il y a bien quelque chose qui le touche énormément, c’est les gens ayant des rêves. Rien pour lui n’est plus beau qu’une personne désirant réaliser un rêve et il considère qu’il est de son devoir de l’y aider, ou au moins de l’encourager à le faire. ‘‘Nous avons tous des rêves, nous devrions nous entraider pour les réaliser.’’ Lui-même a atteint son premier rêve, prendre la place de son père, à se venger de sa mort et de continuer à bâtir ce qu’il a commencé. Désormais il rêve de développer le savoir sur la magie et la technologie, de comprendre pourquoi les dragons se sont à ce point diversifier au fil des âges. Il cherche des réponses à de nombreuses questions que la plupart des gens qualifieraient de sans réponses ou d’inutile. Il passe ainsi la plupart de son temps libre dans des bibliothèques ou à faire des expériences scientifiques. Il étudie beaucoup la philosophie et se rend souvent dans d’autres cités pour y trouver des livres sur les idéologies des factions. Il a une soif de connaissance insatiable. Sa curiosité n’a aucune limite et tout semble l’intéresser même sur des sujets qui ne le concernent absolument pas. Le plus flagrant, et son intérêt pour les dragonnes. Pour une raison étrange, Arcus est plus attiré par celle-ci que par les femelles de sa propre race. Cependant, il ne drague jamais et craint énormément les réactions s’il essayait de le faire. Il espère un jour trouver une dragonne qu’il l’aimerait pour ce qu’il est, sans devoir passer par la case drague. Il est ainsi quelqu’un de très polie et il adore discuter. Son savoir lui permet de parler sur de nombreux sujet. Superficiellement pour la plupart mais aucun sujet ne l’arrête complètement. Il a cependant du mal à avoir un avis fixe sur quelque chose, son esprit est constamment en train d’évaluer le pour et le contre et il ne parvient que très rarement à se décider. Il ne se dévoile cependant pas très facilement et reste quelqu’un de mystérieux. En revanche, il ne ment pas et préfère se taire plutôt que de mentir. La confiance est un bien précieux et il ne trahira jamais personne et il espère de tout son cœur que personne ne le trahira.
      Il possède un code d’honneur aussi étrange que subtile. Il éprouve autant de respect envers ses adversaires qu’envers ses alliés. Il n’insultera jamais un ennemi et ne les tuera qu’au combat. L’assassinat le dégoute et trouve qu’il s’agit d’une forme très lâche de combat. En revanche les ruses sur des ennemis averties ne sont pas un problème. Il est lui-même un fin stratège mais il laissera toujours une opportunité à l’ennemi de se défendre et de prouver sa valeur. Il est très sensible à la valeur d’un guerrier et sait distinguer rapidement un vrai guerrier de quelqu’un qui prétend l’être. Rien ne le rend plus heureux que d’affronter des soldats des vrais, prêt à mourir en protégeant ce qu’il leur tient à cœur. Il est important pour lui qu’un grand guerrier ait le droit à un grand combat avant sa mort afin que son courage et son dévouement reste gravés dans les mémoires de ceux qu’ils l’ont vu tomber et les inspire pour le futur. Pour lui c’est un honneur se battre et d’affronter ses idées et ses opinions, que ce soit par les armes, les poings ou les mots. ‘‘Les mots sont aux philosophes ce que les épées sont aux soldats.’’ Chacun à sa manière de se battre et il l’accepte parfaitement.
      Mais que serait un grand guerrier sans peur ? Son courage lui permet de toujours les affronter mais cela ne l’empêche pas d’en avoir. De par ses idées, Arcus craint que sa propre mort ne soit pas à la hauteur. Il ne le montre pas, mais y pense à chaque fois qu’il livre un combat. Il n’est lui-même pas très sûr de lui et combat toujours sérieusement. Jamais il ne baisse sa garde sous prétexte que son adversaire est plus faible ou fatigué. Il se méfie toujours car il sait que ses ennemis sont peut-être aussi rusés que lui. Il a aussi très peur pour la vie d’innocent, et s’arrange toujours pour qu’aucunes attaques perdues ne coutent la vie de civils. Il préféra d’ailleurs se battre dans des lieux calmes et éloignées des villes et des villages. De plus, lors d’assaut sur une ville, il proscrit toutes pertes civiles. Les bâtiments peuvent être brulés, les biens pillés, les gardes massacrés… Mais aucun mal ne doit être fait aux civils. Ceux prenant les armes pour protéger leurs biens ou leur famille sont mis hors d’état de nuire pour la durée de l’assaut, puis relâché à la fin. Cependant s’ils insistent et désire vraiment se battre, Arcus les autorise à tenter leur chance, mais leur vie ne sera pas épargnée s’ils perdent. Il n’aime pour cette raison pas beaucoup les assauts sur les villages mais préfère s’en occuper lui-même plutôt que de laisser des barbares avides de sangs et de meurtres s’en charger. Il craint le roi de Braserio. Arcus a peur de ses motivations et bien qu’il lui témoigne un énorme respect, il n’est pas sûr qu’il fasse un roi juste. Il craint que le pouvoir ne lui monte à la tête et fasse de lui un tyran. Mais si cela arrive un jour, il sera le premier pour former une rébellion et ne s’en voudra pas de l’avoir trahis, car il aura lui-même été trahis. Parmi ses peurs plus bénignes, il y a celle des araignées dont il a une peur naturelle, mais il est fasciné par ses créatures et toutes les propriétés incroyables qu’elles possèdent. Celle des calamars est aussi développée et il n’aime pas du tout ses bestioles. Il évite d’ailleurs les fonds marins pour éviter de les rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcus Neodignis

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 634
~ Gemmes : 1896

~ Statistiques
Physique:
40/100  (40/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 15:23

Story

    « Mon œuf a été trouvé un jour par des Taupes qui cherchait des survivants dans un village réduis en cendre par les forces de l’Alliance. J’ignore si les soldats ennemis avaient eu pitié de moi ou s’ils ne m’avaient tout simplement pas trouvé. Mais il n’empêche qu’ils avaient éliminé ma mère. Une civile désarmée qui se défendait seulement pour protéger son fils. Et ils ont abattue mon père, un commandant de Braserio aussi fort que respecté. Un chef d’armé qui est mort par amour en défendant désespérément son foyer et sa famille. Je ne les ai jamais connus mais j’ai entendu beaucoup d’histoire sur eux. On raconte que ma mère était la plus belle des léviathans et mon père un très grand guerrier. Mais il était aussi un scientifique et finançait énormément de projet des taupes sur la poudre et les runes magiques. Il partait souvent à la Forge des munitions superviser des opérations de forages et faire des essais loin des terres de Braserio. Il a étudié la magie des cristaux et a travaillé sur de grands enchantements avec les taupes. Mais détrompez-vous, il n’y en avait pas que pour les Taupes. Il a aussi aidé les pégases à développer d’avantages leurs pouvoirs magiques qui étaient leur principale faiblesse face aux dragons. Et il a aussi beaucoup travaillé le travail d’équipe entre les espèces. Pour ses efforts, les taupes étaient moins égoïstes sur leurs nouvelles technologies. Les pégases, les dragons et les léviathans acceptaient de transporter leurs plus petits alliés sur les champs de bataille et les plus gros léviathans acceptèrent même de transporter leurs armes lourdes. Il avait ainsi conçu des troupes plus efficaces, et plus soudé. Sa perte fut une tragédie. Il eut droit avec ma mère à de grandes funérailles pour honorer sa mémoire et son dévouement envers la faction. Mais de nombreux regards se tournaient vers moi. Son unique descendant. Ils espéraient tous que je sois aussi fort que lui. Des familles se sont battues parmi les dragons, les léviathans et même chez les pégases et les taupes. N’ayant plus aucune famille chez qui aller. La question de mon éducation était en jeu. J’étais un espoir. Je fus finalement confié à une famille de dragons de mers très proches de mes défunts parents. Portant le nom de Maya, le couple allait bientôt accueillir un enfant. Cependant je devrais être envoyés dans différents établissements des différentes espèces, afin d’éveiller mon esprit et ma curiosité et poursuivre le travail de mon père. L’accord était conclu. Je naquis donc aux côtés d’une petite dragonne des mers aux écailles bleues. Une très mignonne petite fille charmante et pleine de vie. Elle s’appelait Lynn. Tout jeune nous avons commencé à jouer ensemble. Nous nous considérions comme frère et sœur et elle adorait me tenir dans ses pattes comme un nounours. A cette époque elle m’appelait ‘‘peluche’’. Elle n’avait pas l’habitude des corps recouverts de fourrures et elle ne retrouvait cette douceur que dans sur les animaux ou les peluches. Nous dormions d’ailleurs très souvent ensemble car j’étais son coussin préféré. Et moi j’adorais m’enrouler autour d’elle. Elle a accepté de me lâcher vers ses quatre ans mais nôtre amitié et nôtre complicité n’avaient pas changé. Au contraire, c’est à ce moment-là que je suis entrée à l’école et nous étions toujours ensemble pour jouer et faire des bêtises. Pour ne pas nous séparer ma sœur suivit avec moi mon enseignement particulier au sein des différentes espèces. Ma curiosité et ma soif de savoir était alors à son comble et j’étais rapidement devenu très bon dans de nombreux domaines. Je ne lâchais rien et travaillais dur pour savoir toutes ses choses. Leur but était de capter mon intérêt sur un sujet pour que je veuille le travailler, comprendre et pouvoir le faire et parfois même le faire mieux. Et quand j’étais bloqué, ils me guidaient sur les sujets qui me posaient problèmes afin de les approfondir et me permettre de réussir. Bien sûr je n’étais pas excellent partout, je ne pouvais pas, mais aucune matière ne me posait problème contrairement à ma partenaire. Cependant elle n’a rien lâché, je l’encourageais et l’aidait du mieux que je pouvais. Il était hors de question de nous séparer pour une histoire de niveau. Nous étions si proches et tout allait si bien entre nous. Nous n’avions que très rarement des disputes et le sujet était souvent ridicule et n’avait pas lieu de mener à une vraie bagarre. Mais de temps en temps ça ne faisait pas de mal de s’expliquer. Et puis nous nous réconcilions tellement vite. Rien ne semblait pouvoir nous séparer pourtant ma sœur ne pouvait plus suivre mon niveau et commença à déprimer et à ne plus rien comprendre. Je ne l’ai pas laissé se démoraliser et j’ai cherché à l’aider du mieux que je pouvais. Mais c’était une perte de temps pour elle qui n’y arrivait plus du tout et pour moi qui avait mieux à faire. A l’âge de dix ans elle a été remise dans une école pour dragon. Moi j’ai continué de me déplacer d’établissements en établissements. Heureusement que les professeurs me mettaient toujours sur des sujets intéressants sinon j’aurais abandonné suite à la séparation. Heureusement nous nous revoyions toujours à la maison, et ma sœur semblait bien plus heureuse de se rendre compte qu’elle était bien meilleure que les autres. La voir sourire à la maison me faisait chaud au cœur et me motivait pour ne rien laisser tomber. Et nous avons continué ainsi pendant longtemps.

    Vers seize ans les problèmes ont commencés cependant, ma petite sœur commençait à se faire tourner autour par des dragons et je ne le supportais pas. Elle-même n’aimait pas beaucoup leur attitude mais elle se convainquait que c’était normal et qu’il tournait autour d’elle comme ils tournaient autour d’autres. Moi je ne le voyais pas de cet œil-là. J’étais devenu jaloux et rien que de penser que des idiots lui tournent autour me mettait hors de moi. Je n’arrivais plus à travailler en cours et je fuguais régulièrement l’école pour aller me battre avec ses obsédés. Heureusement à cet âge la plupart était encore cloué au sol et je parvenais à les vaincre facilement. J’avais l’avantage de la taille et de la souplesse. En plus je commençais à maitriser mes premiers pouvoirs et rien ne m’arrêtait. Mais jamais je ne me suis demandé pourquoi. Je croyais que j’étais simplement protecteur et que c’était pour moi un moyen de la protéger. J’en étais même persuadé. En plus elle me disait sans arrêt qu’elle n’aimait pas ça. Et donc à chaque fois qu’elle revenait de l’école et me disait qu’un autre dragon commençait à lui tourner autour je m’en allais pour aller le calmer. Rapidement le message fut passé et plus personne n’osa l’approcher, me laissant un peu de répit pour rattraper ce que j’avais raté. Heureusement mes parents ne savaient jamais que je fuyais pour me battre et restaient persuadés que c’était juste pour passer du temps avec ma sœur. Enfin, ça les inquiétaient aussi mais moins que de me battre pour elle. Jusqu’à l’année de mes dix-huit ans. J’allais bientôt les avoir quand un évènement horrible arriva. Lynn avait appris à voler comme les autres de son espèce et un nouveau problème arriva. Elle se faisait tourner autour quand elle volait. Ils se croyaient en sécurités les salops… Hors de portée du léviathan. Je ne voulais pas faire un scandale en leur lançant des javelots en travers de la tête. Mais alors que je me battais contre cette horrible sensation, un groupe se permis de venir se vanter devant moi et de me narguer. Je suis alors parti fouiller la bibliothèque à la recherche d’un sort qui me permettrait de voler. Et je l’ai trouvé, le sort que presque tous mes semblables avaient appris. C’était maintenant mon tour. Je me suis entrainé avec pendant des jours. Et dès que je le maitrisais je suis partit mettre une branlé à ses stupides vantards dégueulasses et pervers. Surpris de me voir voler aucun n’a eu le temps de réagir et j’ai pu les démonter sans aucune difficulté. J’étais bien plus agile qu’eux et je nageais dans les airs alors qu’eux se déplaçaient lourdement et difficilement. Mais quand tous furent au sol, ma sœur rejoignit l’un d’eux. Un Dragon qui s’était à peine défendu. Je compris alors que j’avais fait une connerie. Le temps que j’apprenne à volé, je n’étais pas retourné la voir. Elle avait trouvé quelqu’un. Fou de rage et mort de honte je m’enfuis. Je disparu pendant plusieurs jours. Une sensation horrible sur le cœur. Pire que de la rancune, de la haine et de la tristesse profonde. Je m’en voulais, j’avais blessé ma sœur. C’est alors que je compris, je n’étais pas simplement un frère protecteur. J’étais amoureux d’elle. Nos différences m’avaient marqué et malin comme j’étais, je savais que je ne pouvais pas être son frère biologique. Alors je l’ai vu comme une amie. Et dans mon cœur cette amitié, cette proximité avait évolué en un amour pur et véritable. Je me réfugiai dans les livres, cherchant des réponses à mon attachement. Je me redis compte avec stupeur que j’étais d’ailleurs devenu bien plus sensible aux dragonnes qu’aux léviathans. Perdu, et effrayé de découvrir la réaction des autres je pris la décision de m’enfuir. Je rentrai par effraction la nuit chez mes parents et volai tous ce qui m’appartenait, ainsi que les informations sur mon adoption. J’abandonnai leur nom de famille et je repris celui de mon père. J’étais Arcus Neodignis et plus Arcus Maya. Et je partis en ne leur laissant rien. Pas un message, pas une lettre, rien… J’avais tellement honte de ce que j’avais fait et de ce que j’étais devenu que je préférai disparaitre pour toujours et sans laisser de trace.

    Je continuai de vivre en squattant dans les établissements, je me planquais dans les placards à balais ou dans la bibliothèque. Parfois un professeur avait la gentillesse de m’héberger chez lui. Parfois nous avions la visite des autorités à ma recherche mais ils ne me mettaient jamais la patte dessus. Je lisais et relisais les notes concernant l’adoption. Les conditions, les listes d’établissements, des professeurs qui me formeront. Tout le monde attendait de moi que je suive les traces de mon père. A ce moment-là, je ne voulais que le cracher à la gueule et m’enfuir pour faire ce que je voulais. Mais en lisant les livres d’histoires concernant mon père, je me rendis compte qu’il était exactement ce que je voulais être. Un commandant, juste et respecté, agissant uniquement pour le bien et la justice. Avec le code d’honneur strict des grands guerriers. La curiosité et le savoir scientifique pour aider à faire progresser le monde. Travailler avec les plus grands chercheurs. Découvrir les plus profonds secrets de la magie et les révéler pour améliorer les conditions de vie de tous. Devenir un symbole d’espoir vers qui les gens se tourneront dans les heures les plus sombres. Et toujours en restant quelqu’un de juste et sensible. Ne jamais laisser place à la peur et au désespoir. J’allais devenir le Spyro de cet ère, et qu’importe si moi-même n’étais pas un dragon. Les héros n’ont pas d’espèce et de race. Cynder a aidé à gagner la guerre, et n’était pourtant pas une dragonne violette. Alors moi je serais un léviathan. Arcus Neodignis, ce nom restera gravé dans l’histoire comme celui de mon père et de ses deux héros. Je poursuivis mes études pour compléter mon apprentissage basique en restant bon dans tous les domaines. Je ne prenais plus de vacances. C’était inutile et une perte de temps. Je me mis rapidement à parfaire mes connaissances en aidant directement les chercheurs et les ingénieurs directement sur le terrain. Je suivis enfin l’enseignement militaire. Je parvins à finir dans les premiers et je reçu l’honneur d’intégrer le grand ordre des Caderyns. Là j’y appris à me battre avec des vraies armes, à endurer les blessures et j’y ai découvert le respect de l’adversaire. Le savoir-faire et les lois des meilleurs guerriers. Un code d’honneur que je respectais et que j’appliquais fermement à chaque exercice. Cet apprentissage me changea, j’étais devenu bien plus fort et bien plus sage, mais dans mon cœur brulait toujours le désir de devenir celui qui défendrais la justice et qui mettrait fin à cette fichue guerre. Je retournai à Braserio pour entamer mon long parcours, je devins lieutenant. Je fis rapidement mes preuves et je grimpai à toute allure dans la hiérarchie. Bientôt j’arrivai général. Je commençais à proposer mes missions et mon avis commençait à avoir de l’impact. Je pus leur montrer mes compétences de stratège. Pour mon âge j’étais déjà très doué. Mais malheureusement je n’avais pas encore assez connaissances du terrain et des soldats. De plus je manquais d’information sur les forces ennemies. Les simulations avec les professeurs étaient bien loin de la réalité. En face se trouvaient d’autres guerriers aussi efficaces et rusés que moi. Je ne me laissais pourtant pas abattre. Rien ne m’arrêtait, je me repassais les combats en boucle pour découvrir, comprendre, et améliorer nos stratégies. Je faisais évoluer nos méthodes et profitant au maximum de ce qu’avait à nous offrir le terrain. Jusqu’à cette bataille fatidique, ou lors d’un assaut sur les forces de l’Alliance, je parvins à tirer profits de leur propre terrain contre eux même. Nôtre victoire fut grandiose et nous avions massacré l’adversaire tout en ayant que très peu de perte. Nous fûmes accueillis en héros en rentrant à Braserio. Nous avions prouvé notre force, et notre capacité à vaincre même sur les terrains étrangers. Cependant je n’étais pas encore le héros, tout l’honneur revenait encore à mon commandant. Mais il était clair que je voulais changer les choses.

    Je fus promus capitaine. Cette nouvelle position impliquait un nouveau salaire et je pus commencer à me tourner vers les technologies et la magie. Je finançais projet sur projet, qu’importent les résultats tant que l’idée était bonne. Je les aidais quand je pouvais, je leur donnais des idées. D’abord je ne finançais que les projets militaires. Mais rapidement j’étendis mon domaine à tous les projets que l’on pouvait voir. De plus, les grandes fortunes m’avaient imitée et commençaient à donner pour la guerre. Je me mis à donner pour des projets concernant aussi bien l’amélioration des conditions de vie, que pour l’agriculture… Et les taupes, ses excellents scientifiques ne manquaient pas d’imagination. J’évitais quand même judicieusement les projets louches avec des morales foireuses. Je refusais ainsi tout ce qui concernait le matériel de torture, la drogue, les poisons, et les armes servant à faire souffrir avant de tuer. J’évitais aussi de m’embringué dans des projets pervers et étranges car je n’avais pas franchement besoin d’entacher ma réputation. Je finançais aussi des établissements et encourageait les gens à réaliser leurs rêves. Pour moi il n’y avait rien de plus important. Il fallait faire en sorte d’être heureux dans la vie, et de s’entraider afin que tout le monde le soit. Les sans-espoirs devaient aider ceux qui en avaient, afin que ceux-ci puissent leur rendre plus tard. Ainsi va la vie. Personne ne doit être abandonné. Mais ma réputation et mon extension sur tous les domaines fit que mon ancienne sœur me retrouva. Nous étions désormais tous les deux âgés de vingt-huit ans. Dix années sans que nous nous voyions. Elle espérait tellement des retrouvailles heureuses, lors d’un défilé elle était venu me voir et attendit jusqu’à la fin pour me parler. Et moi dans ma détresse et ma honte, je l’ai ignoré. J’ai fuis une nouvelle fois sans même chercher à comprendre pourquoi elle voulait me voir. Je ne l’ai même pas croisé, je ne lui ai même pas dit bonjour. Rien. Je ne voulais plus rien savoir de cette relation entre elle et moi. J’ai tout de même demandé aux gardes de la prévenir que je n’irais pas la voir, que je ne me suis rien pardonné de cette histoire. Elle a essayé de me courir après et a fait tout ce qu’elle voulait pour me retrouver. Elle était même entrée par effraction chez moi pour m’y attendre. Mais je m’en voulais trop, je ne l’ai pas laissé me toucher ni même m’approcher. Je lui ai simplement demandé ce qu’elle voulait sur le ton le plus glaciale que je pouvais faire. La tristesse l’a envahi, elle s’est écroulée en pleurant, me demandant si je me souvenais d’elle. Oui je me souvenais d’elle. Et je lui ai dit. Une lueur d’espoir se raviva dans ses yeux avant de s’éteindre à nouveau en me regardant. Elle me dit simplement qu’elle voulait que je revienne vers elle. Sans surprise, je lui ai simplement dit que je la raccompagnais chez elle. Nous avons marché tous les deux, silencieusement. Je l’ai ramené à sa maison et quand nous fûmes arrivés elle m’a supplié d’entrer. J’ai simplement refusé et je me suis enfui. J’ai prévenu le lendemain les autorités de changer ma serrure de porte et de renforcer toutes les entrés. En attendant, moi je partis vers le temple des Caderyns. J’avais besoin de calme et de me vider l’esprit suite à cette rencontre imprévue. Je devais à nouveaux oublier cette ancienne vie pour me concentrer sur mon combat. Le début de l’entrainement fut rude. Les maitres se servaient d’image d’elle contre moi. Traitant cet amour et cette attirance de faiblesse qu’il fallait que je surmonte à tout prix pour réussir dans toutes mes batailles. Son image ne devait plus me surprendre et poignarder ma concentration. Je devais être insensible, libre d’agir et de garder pour moi-même cette peur. Afin de l’utiliser le moment venu pour triompher.

    Cet entrainement longtemps, et je m’enfermai ici pour méditer et parfaire mes connaissances sur le combat, l’honneur, le respect et la justice. Je sortais bien sûr pour accomplir mon devoir en tant que capitaine et exécutait toutes les missions que l’on me donnait. Je passais souvent voir mon équipe pour les motiver et être sûr qu’ils étaient toujours fins prêt. Je ne rentrais simplement plus chez moi. Après cinq ans à vivre dans le temple, je retournai chez moi. Comme convenue tout avait été changé pour être sûr qu’elle ne rentre plus. Cependant ils n’avaient pas bloqués ma boite aux lettres… Des centaines de messages. Quatre-vingt-dix pourcents venaient de Lynn. J’ai fait le tri et m’y de côté toutes les lettres officieuses ou importantes. J’ai brulé tout le reste. Je ne voulais rien savoir. Je savais qu’elle faisait ça pour que je retourne la voir mais ça m’était impossible. J’avais prévenus la sécurité de ne pas la laisser approcher mais surtout de ne pas lui faire de mal. J’avais honte, tellement honte et je ne pouvais l’avouer, je ne pouvais le montrer aux autres. J’ignorais la réaction qu’ils auraient eue et je craignais que ce soit mal vu. Impossible de savoir ce qu’en auraient pensé la population et surtout le roi. Lui qui proclame la supériorité des Dragons, qu’aurait-il dit d’une relation entre un léviathan et une dragonne. Le risque était trop grand et vu ma position dans la hiérarchie, je ne pouvais l’accepter. Je ne voulais pas qu’ils lui fassent du mal. Je l’ai donc laissée tomber pour me concentrer à nouveau sur ma carrière militaire et dès que je recevais une de ses lettres je la brulais. Mais après plusieurs autres batailles, des histoires concernant des armes légendaires furent sorties de la poussière des bibliothèques. Les taupes, voulaient que l’on s’intéresse à ses armes antiques. Cependant ses histoires étaient souvent embellies aux fils des siècles et retrouver le vrai pouvoir de l’arme était parfois quelque chose de compliqué. Cependant je n’ai pas perdu espoir, et je les ai aidé à retrouver une arme dont l’histoire de sa création était indiqué et semblait plausible. Ce fut une tâche longue mais riche en surprise et en nouvelles idées d’enchantements. Jusqu’à tomber sur la fameuse histoire de la Daimon Chalyva. Une arme hantée possédant un puissant spectre mangeur d’âme à l’intérieur qui appartenait à un ancien maitre des Caderyns. Forgée dans un alliage complexe de cristaux de magie, d’or et de dragonnite, elle était la seule à pouvoir contenir un tel démon. En échange de vies, le monstre offrait une arme indestructible et toujours aussi tranchante qui ne répondait qu’à la patte de son porteur précisément sélectionné et ne se laissait avoir par aucun pouvoir de télékinésie ou susceptible de la contrôler à distance venant d’un autre. Elle absorbait de plus tous les sorts magiques qui la rencontraient. Mais le porteur doit posséder une âme forte et grande. L’arme ne se nourrit que lorsqu’elle est dégainée, elle ne peut donc être utilisé que pour tuer. Et si elle est dégainée sans raison, elle dévore l’âme de son porteur. Fort heureusement une telle arme n’est plus trouvable et partir à sa recherche serait stupide. Cependant les techniques de construction étaient clairement indiquées. Nous nous étions donc penchés sur la possibilité de recréer une arme similaire. Bien sûr je ne voulais pas invoquer un spectre supérieur comme l’avait fait nos ancêtres, nous voulions commencer par quelque chose de plus simple et moins dangereux pour voir les propriétés et en tirer des conclusions. Nous avons alors entamé la construction de Daimon Pagos. Nôtre premier problème fut de recréer l’alliage. Il était impossible de monter à des températures suffisantes pour faire fondre les cristaux de mana. Même la puissance colossale de Boyzitbig fut insuffisante. Nous avons donc renoncé à leur fusion et nous sommes contentés d’un alliage d’argent et de dragonnite pour la lame. Cependant pour conserver la force magique nous avons taillé dans un cristal de mana une structure de katana de quatre mètres et demi de long. Cette construction nous demanda énormément de temps et de nombreux essaie. La moindre imperfection nécessitait de tout recommencer. Lorsque le résultat fut satisfaisant, nous allâmes donc couler l’alliage autours du corps de cristal. Sans grande surprise, la structure se brisa. Heureusement l’alliage était récupérable. Nous avons donc joué avec des enchantements sur la forge. En y travaillant nous parvînmes à trouver un moyen de construire plus rapidement cette structure cristalline. De nombreux essais furent nécessaires avant de trouver un traitement thermique qui renforçait considérablement la solidité du cristal. Ainsi nous eûmes recourt à la magie et au sort de glaciation pour congeler complètement le cristal, et le maintenir à cette température pendant la coulée du métal. Malheureusement, avec une structure aussi froide, l’alliage refroidissait trop vite, et ne prenait pas la forme attendue. Nous avons donc conclu que notre cristal était de mauvaise qualité, et somme parti à la recherche de nouvelle méthode. Des tests sur des échantillons nous montrèrent que seul des cristaux très particuliers étaient suffisamment malléables pour être forgé sans se briser et qui ne se trouve que dans les terres glacés de l’Alliance, entre les pattes des dragons de cristal.

    Je montai immédiatement une expédition pour en récupérer une bonne grosse quantité. Nous devions agir discrètement et rapidement. Après avoir étudié des plans pendant des jours nous avons tenté nôtre chance. L’opération avait très bien commencé jusqu’à ce que l’on nous tombe dessus tandis que l’on remplissait un chariot. Ils tentèrent de nous attaquer, mais je n’étais pas venu les mains vides et mes coéquipiers non plus. Après un long combat dans la caverne et des blessures graves, nos taupes eurent terminés de récolter ses précieux minerais et nous fûmes en mesure de fuir. Ce jour-là j’ai reçu plusieurs coups qui auraient pu m’être fatal sans les soins rapides de mes coéquipiers. Des profonds coups de croc dans la nuque, des lésions graves aux côtés, fractures ouvertes à la patte et une moustache de coupée. Cependant les médecins s’obstinaient à me dire que seule ma volonté de vivre m’avait sauvé. Mon état n’était techniquement pas réparable. Fort heureusement les soins intensifs me permirent de retrouver la forme. Ils parvinrent à refermer les plaies et à faire repousser ma moustache. Mais cette opération ne fut pas veine, car nous avions ainsi récupéré en quantité du cristal pur des dragons de cristal. Pas assez malheureusement pour faire plusieurs essais. Dès que je fus entièrement remis, nous reprîmes la construction de l’arme. Il était hors de question d’abandonner maintenant. Les taupes ont forgés pendant des jours une structure cristalline de quatre mètres et demi, courbée tranchante et crantée pour bien adhérer au métal. Une sphère au niveau de la garde ainsi qu’une autre au niveau du pommeau. Une tige droite pour le manche. Respectant au millimètre les formes des katanas des Caderyns. Aucune erreur ne devait être faite. Quand la structure fut enfin terminée, nous l’avons plongée dans le métal liquide. Une fine couche c’était alors déposé autours la structure. Profitant de fluidité de l’alliage, les taupes modelèrent les formes principales de l’arme, et les assemblèrent. Ils passèrent ensuite des jours à frapper le métal pour lui donner la forme tant attendue. Les taupes continuèrent leur œuvre et prirent la peine de décorer la garde et le pommeau. Ils gravèrent ensuite son nom dans la lame et l’affutèrent pendant plusieurs jours. Ils enroulèrent enfin le manche dans des lanières de cuir, et l’arme était presque terminée. Il restait maintenant à l’enchanter. A l’aide de grand sorciers, nous menâmes l’arme jusqu’au Puit des Âmes lors de l’éclipse et invoquèrent les spectres de l’autre monde. Je n’en recherchais cependant pas un trop puissant malgré leurs offres alléchantes. Les mangeurs d’âmes, les destructeurs, les sanguinaires… Très peu pour moi. Je préférai libérer un petit esprit en peine. Moins fort, et qui en attendait moins. Sa seul condition, ne pas l’abandonner. Ne jamais le laisser seul. De ne jamais lui dire de partir et de resté avec lui jusqu’à la mort, où mon âme lui appartiendrait pour l’éternité. Il s’agissait d’un spectre de glace qui correspondait parfaitement à mes pouvoirs. J’acceptais alors ses conditions. Après tout il n’y avait rien de dangereux, rien n’aurait lieu avant ma mort. Et le garder avec moi. Aucun problème. Je ne me sépare jamais de mes armes de toute manière. Je le libérai alors de l’emprise du puit, pour l’emprisonner dans l’arme. Immédiatement celle-ci me parut plus légère. Une petite voix résonna alors dans mon crâne. Une voix féminine, que j’avais l’impression de connaitre. Elle m’expliqua les pouvoirs qu’elle avait conférés à l’arme et toutes les règles de notre contrat. Rien n’avait changé, elle avait été honnête. Je pensai alors que c’était rare pour un spectre et elle m’hurla dessus comme quoi il n’y avait pas que des méchants démons. Elle m’autorisait cependant à ce que je la dépose pour dormir mais il fallait que ce soit prêt de moi. Je m’en retournai au temple pour leur présenter mon arme. A ma grande surprise l’épée maudite fut accueilli avec beaucoup d’enthousiasme et nombreux me demandèrent de leur rédiger les techniques de cette forge. Je leur dévoilai alors les étapes de sa construction. Après m’avoir chaleureusement remercié, ils firent un rituel pour m’autoriser à utiliser cette arme qui n’était pas de leur facture. Cette arme était maintenant liée à l’ordre, pour le plus grand plaisir du démon à l’intérieur, car ainsi elle ne resterait jamais seule. J’étais impatient d’essayer ma nouvelle lame et je me mis immédiatement à la recherche d’une mission pour pouvoir en bénéficier. Je fus rapidement envoyé sur le terrain, et cette arme majestueuse démontra toute sont efficacités. Plus légère et plus tranchante que les autres armes de se gabarits, j’étais capable de m’en servir à une patte. Pour remercier le démon de son efficacité, je lui annonçai que je lui construirais un fourreau digne de lui. Et il en fut ravi.

    De retour à la Forge des Munitions, nous entamâmes la création d’un fourreau du même type que ceux que les Taupes utilisaient. Les fourreaux boucliers à propulsion de Lame, aussi nommé les boucliers Evagino. Une technique très impressionnante des petits rongeurs consistant à rendre le fourreau aussi utile que l’arme qu’il contient. Ainsi une foi l’épée dégainée, il devient un bouclier. Mais ce n’est pas tout, un système de poudre permet de faire sortir l’arme à toute vitesse et ainsi envoyer un coup dégainer d’une puissance phénoménale. Les taupes Eva de l’élite se servent de cette méthode et certains sont parfois capables de percer les écailles des dragons et des léviathans en les plaçant bien. Cependant il faut être très malin, les boucliers ne peuvent en charger qu’une avec une recharge manuelle assez longue. Nous avons donc travaillé sur le sujet et surtout fait des tests pour savoir si cela n’abimait pas l’arme et ne faisait pas souffrir le démon à l’intérieur de l’épée. Forte heureusement sa solidité lui permettait de ne pas être abimée, juste un peu tâchée, de plus Daï, comme elle voulait qu’on l’appelle, n’était pas blessée. Nous avons donc travaillé sur ce système tout en se concentrant sur comment optimiser la recharge. Nous parvînmes alors à implanter un système de recharge automatique, nécessitant seulement la rengaine de l’arme en appuyant sur une gâchette pour être à nouveau opérationnelle. Cependant un nouveau problème persistait, la poudre devait être contenue dans des cartouches, et celles-ci pesait lourd. De plus, si une attaque venait à être bien placer, une trop grande quantité explosant aussi près du corps pourrait gravement blesser le porteur. Il fallait remédier à cela en prenant que très peu des recharges. Il fut choisi après de nombreux test, que le nombre de trois cartouches était largement suffisant et qu’il ne risquait pas ainsi de sectionner un bras si une attaque adverse venait à être bien placée. La construction put débuter, et rapidement je reçu ce second magnifique présent des taupes. Un bouclier Evagino spécialement conçu pour Daimon Pagos. Ce fut avec honneur que je rengainai mon arme dans ce prestigieux fourreau. Je partis cette fois chez les taupes Eva pour apprendre à me servir de cette nouvelle attaque. Je fus surpris par la puissance de ses coups mais aussi par la complexité de leur utilisation. Une mauvaise prise, un faux mouvement, et vous vous déboitiez littéralement l’épaule. Il fallait donc agir avec prudence, et ne s’en servir que lorsque l’on était prêt. Jamais dans l’urgence et toujours en bonne position. Je fus cependant impressionné par les techniques de combats de ses taupes. Tous combattaient avec des boucliers Evagino, quand l’un était désarmé, il utilisait parfois une cartouche pour lui envoyer son arme et pour ainsi qu’il puisse continuer le combat. Ils donnaient aussi parfois de grands coups de pommeau à l’aide d’un tir pour complètement assommer l’adversaire. Que de techniques que j’ai travaillées, et maitrisées avec eux. Les possibilités sont devenues gigantesque avec ses trois munitions, et à part certains puristes tous me remercièrent de les avoir aidés pour améliorer ce système. Ainsi j’étais parfaitement équipé. C’est alors qu’un jour, on vint m’annoncer que le commandant de l’Alliance responsable de la mort de mes parents, s’apprête à effectuer un assaut contre une autre ville de Braserio. Sans hésiter, je rejoignis les forces pour participer à ce combat. Mon entrainement était terminé, et j’avais aujourd’hui, l’honneur de pouvoir vaincre l’assassin de mes parents.

    Sans grande surprise il s’agissait d’un vieillard mais sa maitrise des armes n’étaient plus à prouver. Mon commandant allait me laissé l’affronter seul avec mes troupes. Après avoir travaillé une stratégie de défense dans le désert, nous avons chacun rejoins nos postes. Et tout se passa exactement comme prévus. Ils prirent le village par surprise, et nous les prîmes par surprise à l’intérieur du village. Cachés dans le sable et les maisons, rien de plus facile pour les surprendre. Ils furent rapidement débordés et après avoir abattu plusieurs soldats, je décollai pour affronter leur commandant. Je me présentai à mon adversaire et lui fit mes politesses et mes preuves d’immense respect. Comme je l’espérais, il me reconnut instantanément, et me fit remarquer que j’avais eu exactement le même discours que mon père il y a trente-six ans. Il connaissait les méthodes des Caderyns et accepta mon duel et ma motivation pour venger mes parents. Je lui certifiai que je lui offrirais personnellement une sépulture à la hauteur du guerrier qu’il était et que j’assisterais personnellement à celle-ci si je venais à gagner. Il ne pouvait pas me certifier la même chose mais me rassura en me disant qu’il inscrirait mon nom dans l’histoire des grands guerriers comme il l’avait fait avec mon père. Il m’invitait même à venir le vérifier un jour. J’acceptai volontiers. Chacun de notre côté, un soldat prenait note de nos engagements l’un vis-à-vis de l’autre. Nous présentâmes chacun les armes que nous allions utilisés, ainsi que nos éléments. Le rituel d’introduction étant terminé, nous commençâmes le combat avec violence et férocité. Chacun se battant pour défendre ses idéaux. L’honneur lui dans un tel combat, était préservé. Aucune triche, juste les armes et les éléments. Je reçu quelque coups graves avant d’avoir ma première opportunité d’utiliser mon bouclier Eva. Il me bondit dessus, je rengainai mon arme et dès qu’il fut suffisamment proche, je pressai la gâchette. Il ne put esquiver sous la fulgurance du coup, et il perdit à cet instant une patte et une aile. Mais le combat n’était terminé que lorsque lui ou moi serait mort. Cependant il exigea, en tout droit, tout honneur, un temps mort pour me révéler certaines choses qui devait être éclaircis avant la fin. Une patte sur ses blessures, il m’avoua que ma mère avait été tuée par erreur. Une mort tragique car elle était intervenue dans le duel pour protéger son mari. Cependant le coup les tua les deux. Ensembles, enlacés, amoureux… Il n’a pas eu le courage de briser mon œuf quand il l’a trouvé, et a préféré le laissé là en voyant les renforts de Braserio arriver. Ce jour fut pour lui une malédiction, et il était évidant que je jeune léviathan revienne un jour pour venger la mort de ses parents. Malgré la tristesse qui m’animait, j’étais à la foi fière de m’être détaché de Lynn, mais à la fois triste de la révélation qu’il venait de m’apprendre. J’acceptai néanmoins son pardon, pour que la malédiction se lève avant sa mort. Nous reprîmes alors le combat, je devais me dépêcher de le tuer avant qu’il ne succombe à ses blessures. J’y parvins finalement et je finis par lui planter mon arme en travers du cœur. Nous avions combattu avec honneur et sa mort fut pour moi à la fois le grand bonheur d’avoir vengé mes parents, mais à la fois la tristesse de la chute d’un grand guerrier. Je m’agenouillai pour prier que son âme aille en paix et rejoigne le panthéon des grands héros de ce monde. Je libérai mes troupes, et leur demandait de rentrer à Braserio pour annoncer la nouvelle. Moi je m’en allais avec un officier et le reste des troupes de l’Alliance pour participer à ses funérailles. J’eu dans le cadre de notre accord, l’autorisation pour assister à ses obsèques. Je devais simplement resté en échange sous surveillance constante. J’acceptai sans broncher. La cérémonie fut à la hauteur de ce héros, et chaque personne allèrent l’un après l’autre prier devant son incinération. J’attendis d’y aller en dernier pour faire les hommages à ce grand guerrier, et le supplier de ne pas me maudire car j’avais respecté nôtre accord. Aucune malédiction ne sembla avoir lieu. Daï m’affirma plus tard que son âme était partit en me souriant. Je regagnai alors ma faction sans emporter avec moi la moindre information concernant l’Alliance. Je fus accueillit en héro par les habitants du village que j’avais sauvé. Le roi lui-même m’accorda une promotion et m’éleva alors au rang de commandant. Je reçu alors ma nouvelle armure que j’arbore fièrement aujourd’hui. Je suis un commandant du royaume de Braserio comme mon père le fut et je défendrais cette patrie de ma vie. Mais toujours en étant juste, respectueux et en accord avec mes idéaux. »

Familier

    Prénom : Daimon, elle n’a jamais révélé son vrai nom et tient à ce qu’elle soit appelée par le nom de l’arme.
    Nom : Pagos.
    Surnom : Daï.
    Âge : Elle a été ramenée dans ce monde il y a 5 ans.
    Espèce : Spectre Arctique en Peine.
    Description physique & mentale :
      Piégée dans l’arme d’Arcus, il n’y a pas moyen de savoir à quoi elle ressemble. Certaines personnes disent parfois voir une sorte de fluide azur navigué dans le cristal mais il n’y a rien de plus précis pour le moment. Rien n’indique d’ailleurs son véritable genre mais sa voix semble indiquer qu’il s’agit d’une femelle et celle-ci a l’air de dire qu’elle en est une.
      Daï est très étrange, elle a l’air d’une petite fille mais certaine conversation avec elle montre qu’elle est bien plus mature que sa voix et son comportement ne le laissent paraitre. Elle est tout à fait capable d’avoir des conversations sérieuses mais se retrouvera parfois bloquée par un manque de vocabulaire. Elle a l’air d’ignorer énormément de chose sur ce monde et ne manquera pas de laisser sa curiosité le montrer. Elle pose beaucoup de question et adore communiquer avec les étrangers. Cependant elle-même ne répond à très peu de question que l’on lui pose. Elle ne parle jamais de sa vie avant de devenir un spectre ni des raisons qui ont fait qu’elle en est devenu un. Elle ne parle pas non plus de ce qu’elle a vécu quand elle était piégée dans le puit des âmes. Cependant il semblerait qu’elle soit coupable d’une folie meurtrière et d’un sadisme horrible. En effet quand on utilise l’arme pour tuer ou faire du mal, elle affirme être heureuse. Elle fait d’ailleurs toujours la tête quand on la nettoie du sang qui a coulé dessus. ‘‘Il y a des fantasmes que les gens normaux ne peuvent comprendre, ni même envisager.’’ Elle n’est cependant pas insensible au code d’honneur d’Arcus mais c’est quelque chose de plus fort qu’elle. Elle essaye de résister à ce bien être que lui procure le fait de tuer mais elle a énormément de mal.
      Elle prétend que l’épée et son corps, mais qu’elle ne peut pas le bouger parce que l’arme ne possède pas d’articulation ni rien qui lui permettrait de se déplacer. Elle est donc condamnée à rester immobile mais cela ne semble pas la déranger. ‘‘Je voyage beaucoup sur le dos d’Arcus et sans me fatiguer contrairement à lui.’’ Il est d’ailleurs très étrange car selon les partis de l’arme que l’on touche elle réagit différemment. Elle ne dira rien si l’on touche le manche, sauf si elle n’en a pas envie. Toucher le cristal sur la garde lui fera mal et elle vous le fera savoir violement en hurlant par télépathie. Elle prétend que c’est son œil. Elle apprécie sur le pommeau mais est incapable de dire à quelle partie du corps cela correspondrais pour des créatures. ‘‘Le tenir c’est comme me prendre sous son épaule, le caresser c’est comme ébouriffer ma crinière.’’ La lame en revanche est très particulière, il semblerait que ce soit un endroit très sensible vu comme elle hurle quand on y touche. Elle décrit la sensation comme de la jouissance.
    Lieu de rencontre : Puit des Âmes.
    Sait-il parler ? : Elle peut communiquer par télépathie aux personnes à portée qui acceptent son intrusion. Elle est en revanche constamment connectée à son propriétaire légitime, c’est-à-dire celui qui a passé le contrat avec elle (ici Arcus).
    Pouvoir (facultatif) : Elle n’a aucune technique à part celui de parler par télépathie.
    Caractéristique(s) (facultatif) : N’a pas de forme physique. Elle n’a pas non plus de contrôle sur l’arme.

You

    Prénom (facultatif) : X
    Âge : 21 ans.
    Puf : Aryn.
    Comment avez-vous connu le forum ? MP de Grank sur Dragonesia.
    Comment le trouvez-vous ? Génial ! Le contexte m’inspire énormément. ^^
    Quelque chose pour l'améliorer ? J’ai quelques idées, je ferais partager quand j’aurais finis d’essayer sur mon forum. ^^
    Autres comptes ? Ece Icarius.
    Autre : Première question que vous pourriez vous demander. Pourquoi j'ai coupé mon message en deux ? Et bien figurez vous que j'ai atteint le nombre maximal de caractère autorisé. Et je vous jure que ce n'est pas une blague. XD
    J’aurais une simple demande aux administrateurs. Je ne peux pas changer les informations du compte de Ece Icarius pour ajouter ce nouveau compte dans la partie à cet effet.
    Je voulais aussi demander à un administrateur s’il pouvait changer l’adresse mail de ce compte pour mettre la même que celle de mon premier compte c’est-à-dire. Je ne peux moi-même pas le faire mais un administrateur le peut.

_________________
Arcus Neodignis◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►


Arcus parle en lightskyblue et Daï en greyblue.
Signature et avatar par Francis-John. Merci Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde

♦ Kira ♦
Graphiste

avatar


~ Messages : 272
~ Gemmes : 647

~ Statistiques
Physique:
76/100  (76/100)
Mental:
52/100  (52/100)
Social:
22/100  (22/100)

MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 19:16

Bonjour cher Ece XD
Re bienvenue par minou XD
Je serais l'adminette en charge de ta fiche, et comme tu l'aura ptet deviné, tu as jusqu'au 11/08 pour la finir. J'ai vu tes demandes, et je vais de ce pas modifier Ece, par contre, pour l'adresse mail, je ne sais pas si on a le droit/la possibilité de l'utiliser deux fois, faudrait que je vérifie avec Grank.

_________________
Sous la tempête ou sous les flammes, le monde doit tomber...
Je serais un des artisans de sa chute, mais aussi son plus fidèle spectateur.

De l'Ombre, de la Lumière, lequel des deux nous éclaire ?...:
 

Eris vous écrase de son arrogance en deepskyblue.

Mon atelier de vavas et signas : Ici (venez donc y passer commande)!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 19:57

Merci (gentil minou O_O). La présentation est terminée. ^^
J'ai vu le changement pour Ece, merci. ^^
Pour l'adresse mail je sais que c'est possible, je l'ai fais sur mon forum mais seuls les administrateurs peuvent le faire. Après s'il y a le droit, à vous de décider. C'est juste que ce sera plus pratique pour moi (et je n'aurais pas besoin de créer d'autres adresses mail pour mes potentiels futur autres comptes XD). ^^

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thunder Moon

♦ Kira ♦
Graphiste

avatar


~ Messages : 131
~ Gemmes : 739

~ Statistiques
Physique:
63/100  (63/100)
Mental:
36/100  (36/100)
Social:
51/100  (51/100)

MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 20:00

J'ai envoyé un mp à Grank, si elle est ok je le ferais.
Je te valide ! Tu connais la suite de la procédure XD
(Mais oui le minou est gentil, il est toujours gentil XP)

_________________
C'est dans l'adversité que se révèle la vraie nature de chacun.
En temps de paix, nous dissimulons tous notre vrai visage.


Ancienne Signa' :
 

Thunder vous met une misère verbale en lightgreen.
Mon kit vous parait trop badass ? Venez à mon atelier : Ici XD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   Mar 28 Juil - 20:05

Oky, merci. ^^

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Arcus Neodignis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arcus Neodignis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro's Kingdom  :: 
Personnage
 :: Présentations :: Archivées
-