AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Ven 1 Jan - 18:07


Rencontre avec une recrue.




La neige. Un épais duvet blanc recouvrant l'intégralité de l'Alliance. Ce doux manteau blanc m'ayant vu naître est la chose la plus précieuse à mes yeux. Les basses températures de ce vaste territoire ont plus d'une fois découragé les plus téméraires créatures n'y étant pas habituées. Ces terres givrées, ce paysage gelé comme figé dans le passé, ces vents changeant à mesure que le temps s'écoule exploitent les moindres faiblesses dévoilées. Néanmoins tout était fait pour moi, pour la Dragonne de Givre que j'étais. Ici, rien ne pouvait m'arrêter. Le climat inhospitalier m'offrait tout ce dont j'avais besoin. De plus mes pouvoirs d'eau et de glace étaient décuplés en ces lieux recouverts de flocons. C'était comme si tout avait été pensé et imaginé pour qu'une race telle que la mienne puisse s'y développer... Tout était parfait.

Je volais dans ce paysage déserté par de nombreuses créatures, projetant quelques jolies ombres sur le sol. Aujourd'hui il n'était pas question de tirer au flanc, il fallait que je m'entraîne. Récemment j'avais pris des jours de congé pour me reposer, ce qui m'avait légèrement retardée dans le perfectionnement de mes mouvements. L'espionnage était quelque chose de très physique contrairement aux idées reçues. Un seul vol suffisait à vous mettre sur les rotules. Imaginez alors de nombreux allers et retours effectués entre plusieurs factions dans la même journée... J'avais beau avoir de l’endurance, faire ça tous les jours cumulé avec des entraînements finissait par vous vider de la moindre énergie. Je me rendais donc aux plateaux, dans les hauteurs de l'Alliance afin de m’exercer au lancé de poignards et pourquoi ne pas perfectionner mon pouvoir de poison. J'avais choisi ces terres en raison de leurs vents violents. Il n'y avait rien de tel pour apprendre à viser correctement. Et souvent une chose en coûte une autre, il était question d'échanger notre ouïe contre des actions précises. Les vents sifflants entre les montagnes alentour mettaient à rude épreuve nos fines oreilles. Bien sûr, cela n'était en rien facile. Une seule rafale de vent ne peinait pas à détourner les armes trop légères. Cet exercice nous avait été montré par nos aînés, il fonctionne très bien. Une fois les bourrasques finies, tout relevait du jeu d'enfant. Nos tirs étaient sans contextes plus vigoureux après être revenu dans un endroit « normal ».

Du ciel je vis un endroit m'allant à merveille. C'était comme une petite clairière avec un tronc d'arbre en son centre. Je me demandais d'ailleurs ce qu'il pouvait bien faire ici... D'ordinaire les arbres ne poussent pas jusqu'ici, un ancien avait sûrement dû l'apporter ici pour en faire sa cible. Ça m'arrangeait bien... Je vais me poser. Doucement mais sûrement je me laissais ployer sous mon poids jusqu'à atterrir près du bois. A le regarder de plus près il y avait déjà des traces de griffures et de crocs. Mon jugement était donc le bon. Nonchalamment je jetais une sacoche non loin de là. J'avais prévu de rester la journée, il fallait bien emporter des provisions. Il y avait à l'intérieur une bouteille d'eau ainsi que quelques tranches de pain complet, de quoi faire un repas simple mais sain.

- Aller, au boulot !

Je levais ma patte et attrapais le premier poignard situé dans une poche s'y trouvant à l'intérieur. Je le lançais en direction du tronc. Sans attendre je me projetais en sa direction, un autre poignard placé en biais dans la gueule. Je m'entraînais un long moment avant de sentir la présence d'une autre créature...



_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Ven 1 Jan - 23:09

un peu plus loin, dans le vent, un Léviathan rouge sang aux yeux émeraude, parcourait ces plateaux, ceux de l'Alliance. Il voulait augmenter sa résistance face au froid, et s'entraîner à devenir un soldat irréprochable pour les rangs de Braserio. Mais il voulait faire une halte, trouver un coin pour se poser les pattes.
Il vit un arbre pendant sa marche, il vit une ombre contre ce dernier. Avant de se précipiter, il appela son fidèle compagnon à plumes, en imitant le cri d'un vautour :

"Fiiiiiii ! Fiiiiii !"

L'oiseau comprit vite qu'il devait aller voir ce qu'il se passe droit devant, se poser sur l'arbre, et observer, afin de protéger de son ami d'un éventuel piège d'espions de la faction.
Le grand Gyapède Barbu se posa difficilement sur l'arbre, le vent violent le faisait virevolter. Il observa attentivement la dragonne de givre quelques instants, puis descendit de quelques branches, comme pour se présenter.

Il recommença ses sifflements :

"Fiiiiiii ! Fiii ! Fiiiii !"


Il parlait à une ombre qui s'avançait doucement pour laisser apparaître au fil de ses pas un Léviathan couleur rouge sang, les yeux verts, portant une armure de soldat en métal, avec de longues oreilles, des moustaches mi-longues, les ailes atrophiées sur son dos avec une épée sur le flanc gauche, deux sacoches sur le flanc droit.
Il s'arrêta net en voyant la guerrière. Il leva les yeux vers le vautour, et les posa sur la dragonne. Ils étaient à présent face à face, dans un silence pesant. Le Gyapède se posa sur une épaule du soldat. Il regarda attentivement, puis :

"Bonjour Dragonne de Givre, puis-je me poser près de cet arbre en votre compagnie?"

Il souriait, espérant ne pas être chassé, il serait sûrement une proie facile pour elle...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Sam 2 Jan - 14:24





Bientôt un cri d'oiseau arriva jusqu'à mes oreilles. Ce n'était pas un simple gazouillement de petit volatile, non, c'était le cri d'un oiseau de proie. Peut-être un aigle, qui sait ? Ce genre de bestiole à plumes aimait bien nicher dans les hauteurs, les montagnes leurs offrant un parfait abri contre le danger. Je levais la tête vers les cieux, aucun rapace en vue. Le ciel était en tout point dégagé. Les sifflements cessèrent alors.... Étrange. J'haussais vaguement les épaules, je ne m'en préoccupais pas plus que ça jusqu'à ce qu'une autre odeur vienne me chatouiller les narines. Cette fois-ci ce n'était pas un oiseau, sa présence était nettement plus importante. Je restais en alerte, les dagues en gueule. Une embuscade, même sur un terrain adverse, n'était pas improbable. Il fallait rester prudent... C'est alors qu'un étrange volatile se présenta à moi. Il était assez imposant et possédait un plumage doré. Je me doutais qu'il ne venait pas de chez nous, nous n'avions pas d'oiseaux comme celui-ci dans notre faction. Mais d'où pouvait-il provenir ? Il semblait me regarder, clignant parfois de ses yeux bancs teintés de rouge sur les contours. Je déposais un couteau dans l’une des protections faites pour l’accueillir, jetant l'autre en direction de ma queue que je rattrapais avec un pic. L'arme commença à tournoyer autour de celui-ci. J'hésitais entre laisser cet oiseau vivre et le ramener chez moi pour le présenter aux aînés. Peut-être auraient-ils vu un quelconque oiseau se rapprochant de celui présent en face de moi durant leurs nombreux périples ? De plus, s'il s'agissait d'un familier sachant parler, il serait possible qu'il soit un espion et qu'il rapporte les faits de l'Alliance. Je vais le capturer, et s'il oppose de la résistance je le tuerai...

- Fiiiiiii ! Fiii ! Fiiiii !

Les sifflements recommencèrent. L'oiseau appelait quelqu'un ou quelque chose. Un détail me fit regarder autour de moi. L'appel de l'oiseau n'avait pas la même intonation que le précédent... Les deux voix étaient comparables. Cela voulait donc dire qu'ils étaient plusieurs, mais cette hypothèse fut rapidement remplacée par ce que j'avais pensé tantôt. Il y avait un espion ou un soldat adverse caché quelque part ici ! Il me regardait... Je le sentais. Je pris parti de la deuxième option pour l'oiseau: le capturer en guise d'avertissement. Je me préparais à attaquer, une ombre émergea un peu plus loin. La créature s'avançait doucement vers moi, elle était rouge et noire. Au fil de ses pas une longue et fine silhouette se dessinait. Un Léviathan ! Un cliquetis d'armure se faisait lors de son ascension... J'avais raison ! Un soldat ! Il n'était pas simplement vêtu d'une armure, il possédait non seulement une arme ainsi que deux sacoches. A en juger de par son apparence il venait à peine d'entrer dans le métier, un soldat plus ancien porterait un équipement bien plus élaboré. Soudainement le Gyapède alla se poser sur l'épaule de son maître.

- Bonjour Dragonne de Givre, puis-je me poser près de cet arbre en votre compagnie ?

Il me souriait faiblement. Sans doute espérait-il que je le laisse en paix. Eh bien... Pourquoi pas ? Il n'avait pas l'air si fort que ça. Une jeune recrue ne ferait pas le poids, même contre une espionne. De plus, lui possédait une armure, moi pas. Il serait ralenti tandis que moi je bénéficierai pleinement de mon agilité. Le froid jouait aussi en ma faveur, j'y étais trop bien habituée tandis que lui devait peiner à ne pas se laisser sombrer. Son armure en fer devait certainement retenir le froid, voilà autre chose qui le désavantageait. Je possédais des ailes, lui aussi, mais elles ne suffisaient clairement pas à le faire décoller du sol. Lancer le combat avec toutes ces conditions réunies relèverait du suicide. Je me détendis quelque peu, mon regard balayait les deux intrus.

- Bien le bonjour Léviathan.

Avant toute chose, il fallait répondre à son salut. De quoi passerait ma faction si je me montrai impolie face à lui ? De rustres ? Non, non, non... Nous n'étions rien de tout ça malgré tout ce que j'entendais nous concernant. Nous étions tous plus ou moins froids, certes, mais jamais nous ne manquions de respect à autrui.

- Je vous en prie, faites comme bon vous semble. Mais avant, veuillez déposer vos armes.

Aussi faible que soit son adversaire, il fallait toujours se débrouiller pour le déposséder de ses armements. Cela représentait un bien grand risque. Ceci-dit, il était hors de question d'attaquer une fois l'autre démuni. Ce serait injuste pour lui et trop facile pour moi. Je le regardais, plissant parfois les yeux. Je restais toujours méfiante à son égard, un coup dans le dos était si vite arrivé...

- Veuillez ensuite vous identifier.

Quoi de plus normal ? Et puis, j'étais une espionne. Peut-être me lâcherait-il des informations croustillantes sur sa faction si je le questionnais sur sa venue ? Du coin de l’œil j'observais le rapace. S'il tentait quoi que ce soit, je le plumerais vif.



_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Sam 2 Jan - 16:32

La dragonne de Givre, méfiante, répondit à son interlocuteur inconnu :

"Bien le bonjour Léviathan. Je vous en prie, faites comme bon vous semble. Mais avant, veuillez déposer vos armes."

Un instant passa, puis elle reprit :

"Veuillez ensuite vous identifier."

Comme je suis têtu et borné, je fis tout à l'envers ! Je commençais d'abord par me présenter, une patte sur la poitrine :

"Je me nomme Narcith Eiro, recrue de l'armée de Braserio ! Et ce vautour, un Gyapède Barbu, c'est Fulvus, un très cher ami."

Sa question était tout à fait naturelle, c'est la moindre des choses de lui prouver que je ne lui veux aucun mal hors champs de bataille. Je ne suis pas un soldat qui se bat contre tous et qui n'a pour seul objectif de dominer autrui. Je hais cette mentalité ! Après avoir déposé les armes un peu loin de l'inconnue pour éviter qu'elle me prenne mon épée, je donnais un petit présent que je sortais de ma sacoche à mon Gyapède.
Mon compagnon à plumes doré et noir la regardait d'un air méfiant, et se posa sur le sol. Il s'avança vers la dragonne, déposait le paquet délicatement sur le sol, et recula de quelques pas. Il leva les yeux sur elle et il attendit qu'elle ouvre le paquet. Néanmoins, je l'appelais :

"Fulvus ! Ne traîne pas devant elle, elle pourrait te déplumer !
- Elle n'a pas l'air bien méchante, cette dame ! Fiii fiii !"


L'oiseau salua la dragonne et s'envola près du sol pour atterrir auprès de moi. Je voulais la rassurer, tout souriant :

"C'est un collier, je ne le mets pas, alors je te le donne, tu en feras sans doute bon usage."

J'attendais patiemment qu'elle ouvre le petit cadeau... J'étais un peu nerveux, elle devait se dire "un cadeau? Pfeuh, un piège explosif, oui !", mais Fulvus posa une patte sur la mienne en disant :

-Fiii fiiii fi.
-Oui, tu pas raison mon ami...
- Fiii ! Fiiiiii fii.
-Oui ! Ce n'est pas faux ! Haha !"

Nous étions bien complices, il m'a appris à comprendre son langage, nous sommes vraiment inséparables ! J'en oubliais la dragonne, qui devait se poser bien des questions... Je levais la tête, entendant de lui répondre si elle avait des questions particulières. J'y répondrais, mais je me méfiais un peu tout de même, et cette méfiance se vit dans mes yeux : ils devenaient rouge vifs au lieu de verts !

J'attendais la réaction de l'inconnue...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Sam 2 Jan - 23:33

Hors-RPG:
 




Le Léviathan me regardait, une patte sur la poitrine. Je le regardais faire, non convaincue. Mais qu'est-ce qu'il faisait ? Et surtout, pour qui se prenait ce soldat de pacotille ? Il se croyait déjà le plus puissant de tous ? Il cherchait à frimer ou quelque chose d'autre ? Peu importe... Tout ce qui comptait c'était qu'il me donne son nom et qu'il dépose les armes.

- Je me nomme Narcith Eiro, recrue de l'armée de Braserio ! Et ce vautour, un Gyapède Barbu, c'est Fulvus, un très cher ami.

Narcith Eiro, Narcith Eiro... Il me fallait retenir ce nom. Il me servirait éventuellement un jour, qui sait ? Peut-être arrivera un temps où je serai envoyée en mission afin de le mettre en déroute. Je réfléchissais un instant... Venait-il de me donner un faux nom...? Non, non, non. C'était tout bonnement impensable. Pour agir de la sorte, il n'y avait que les espions et voire quelques personnalités plus ou moins prudentes. Un soldat, non, une recrue n'aurait pas la présence d'esprit de changer son appellation. Du moins pas encore. Un geste de sa part me fit reprendre conscience, il déposait ses armements. Enfin ! Ils étaient loin de moi, mais n'étaient pas pour autant à la portée du dénommé Narcith. Il plongeait ensuite sa patte à l’intérieur d'une de ses sacoches. Toujours avec mon poignard sur la queue, je le regardais faire. Il en sorti un petit paquet qu'il donna par la suite à son ami qui se chargea de me l'apporter, d'un air méfiant. Mes yeux se posèrent sur l'oiseau qui se reculait de quelques pas. Il ne semblait pas vouloir bouger davantage.

- Fulvus ! Ne traîne pas devant elle, elle pourrait te déplumer !

- Elle n'a pas l'air bien méchante, cette dame ! Fiii fiii !

J'hossais un sourcil. C'est ça stupide volatile, ne me prend pas au sérieux. J'espère que tu ne croiserais jamais ma route sur un champ de bataille, tu pourrais être étonné, tout comme ton maître. En parlant de lui, le Léviathan me fixait tout souriant, m'encourageant à ouvrir son présent. Je me méfiais toujours. Pourquoi un soldat se promènerait-il avec des cadeaux en poche ?

- C'est un collier, je ne le mets pas, alors je te le donne, tu en feras sans doute bon usage.

Un... Collier... ? Oui c'est ça, il venait de dire que c'était un collier. Mouais, je trouvais ça louche. Pourquoi avoir un collier sur lui si c'était pour ne pas le porter, et surtout, pourquoi emballé ainsi ? Une autre question me vint en tête... En plus de se trimballer des objets inutiles, pourquoi en porter pour femelle ? S'il devait me l'offrir c'est qu'il n'était pas fait pour les mâles. Il était peut-être plus passe-partout... Minute papillon... Il ne venait pas de me tutoyer à l'instant ? Il n'avait aucune manière ! Je n'aime pas vraiment les personnes trop familières, mais je suppose que je n'y peux rien...  Léviathan me dévisageait nerveusement. J'avais appris à déchiffrer ce type de sentiment, soit il trépignait d'avance de me voir réduite à l'état de cendres, soit il se languissait réellement de me voir ouvrir l'emballage. De toute façon je verrais bien de quoi il en retournait en l'ouvrant.

- Fiii fiiii fi.

- Oui, tu as raison mon ami...

- Fiii ! Fiiiii fii.

- Oui, ce n'est pas faux. Haha !

Je m'étais apprêtée à ouvrir son cadeau et voilà que les deux se mettaient à discuter et même à rire ! Ma parole, ils se fichent de moi ? Ils se trouvaient en terres ennemis, face à une Dragonne portant une arme et eux agissaient en enfants ! N'étaient-ils donc en rien méfiants ? Il me suffisait de les faire repérer pour qu'un escadron arrive et les chasse. Narcith se souvint alors que je me trouvais face à lui. Ces yeux passèrent lentement du vert au rouge. Il ne se sent pas bien ? C'était compréhensible, changer de température aussi soudainement ne devait pas être facile à vivre. Il n'avait pas qu'à venir jusqu'à l'Alliance, c'était à ses risques et périls. Mes yeux se reportèrent sur la chose se trouvant à mes pattes, je me baissais et me mis à la sentir. Aucune odeur suspecte n'émanait du paquet. Je pris alors une grande inspiration puis tirais sur la ficelle qui retenait le tout. Le papier s'ouvrir sans explosions, et effectivement, un collier y était déposé. Je le pris entre mes griffes afin de le regarder d'un peu plus près...

- Il est vraiment très beau. Je vous remercie.

Poliment je m'inclinais devant lui en signe de remerciement. Durant quelques minutes j'observais ce fameux collier, c'était une jolie petite pierre précieuse. Effectivement, elle était assez passe-partout. Je me détournais des deux compères afin d'aller mettre le présent dans l'une de mes sacoches puis revint à eux.

- Veuillez m'excuser, je ne me suis pas encore présentée. Mon nom est Neïa.

Que dites-vous ? Ce n'est pas mon vrai nom ? Bien sûr que c'était fait exprès, je ne suis pas encore folle ! Mon métier était celui d'espion, et en tant que telle je me devais de garder mon anonymat. En somme, quoi de plus normal ? Narcith pourrait sans problème donner « mon nom » à ses supérieurs sans savoir que cette personne n'existe pas. Question de sécurité professionnelle.

- Que faisiez-vous avec un tel collier ?

Il fallait bien que je la pose cette question... Elle me turlupinait depuis maintenant bien des minutes. Je voulais avoir ma réponse, cependant, avant que le soldat n'ait pu y répondre j’enchaînais sur une autre.

- Et que faites-vous ici ? Je vois mal un soldat de Braserio effectuer une promenade de santé en ces lieux, surtout vêtu d'une armure et équipé d'une épée...


_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 3 Jan - 18:47

La dragonne de Givre déballa le paquet, d'un air méfiante. Je souriais, espérant qu'elle ne le prenne pas mal, même un cadeau peut être pris pour un explosif ou un poison... Elle observa le collier, et le prit entre ses griffes, avant de me dire :

"Il est vraiment très beau. Je vous remercie."

Elle s'inclinais devant moi poliment en signe de remerciement. Elle l'observa quelques minutes, avant de le déposer dans l'une de ses sacoches, près de l'arbre. Elle revint vers nous :

"Veuillez m'excuser, je ne me suis pas encore présentée. Mon nom est Neïa."

Je n'avais pas le temps de répondre entre chaque question qu'elle m'en posa plusieurs d'un seul coup :

"Que faisiez-vous avec un tel collier ?"

-Et bien, je..."


Elle me coupa la parole pour poser encore une autre question :

"Et que faites-vous ici ? Je vois mal un soldat de Braserio effectuer une promenade de santé en ces lieux, surtout vêtu d'une armure et équipé d'une épée..."

Elle m'énervait avec ses questions ! J'en avais marre de ses interrogations soudaines, elle m'en pose beaucoup trop ! Je n'aime pas ce comportement... Mes yeux viraient au rouge très vif, et Fulvus, me voyant ainsi, se mit à faire signe à la dragonne, un signe qu'il fallait me calmer, il s'envola un peu en tournant autour de moi et vint se cacher derrière la dragonne, tout tremblant :

"Fiii ! Fiiiii fiiii fiiii..."

Je commençais à empoisonner le sol, mais je voulais vite me calmer, je courrais en vitesse vers l'arbre et le griffais de toutes mes forces afin d'éteindre mon élan de haine. L'arbre se creusait un peu plus à chaque coup de patte, heureusement qu'il était bien solide et le tronc épais. Je commençais à avoir la patte droite qui saigne à force de griffer, mais je m'arrête à temps, et je tombais un peu d'épuisement... Je me laissais glisser de l'arbre, cherchant à me détendre, j'avais oublié la présence de la dragonne.
Fulvus revient doucement vers moi, parlant d'abord à Neïa, d'un air triste, puis s'adressant à moi :

"Il n'est pas méchant, il est juste un peu perturbé... Mentalement... Narcith ! Tu as un peu oublié la demoiselle !
-Fulvus..."

Je relevais un peu la tête vers Neïa et Fulvus, les cernes sous les yeux, les yeux bleus. L'oiseau se posa près de moi, et se coucha. Je levais la tête vers la dragonne :

"Neïa... je suis désolé... Cela m'arrive souvent en ce moment... Être une recrue n'est pas facile pour quelqu'un qui vient du désert du Soleil et qui a été élevé dans une tour abandonnée..."

Je ne suis pas vraiment aussi épuisé, mais je voulais savoir si elle était capable de porter secours à un être, quelle que soit sa faction. Je voulais être sûr que les membres de l'Alliance étaient comme je l'imagine : libres et indépendants, parfois distants, mais pas mauvais.

J'attendais un peu qu'elle réagisse...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Mer 6 Jan - 17:25



Le Léviathan me fixait rageusement et rapidement ses yeux devinrent rouges sang. Je plissais les miens, à l'affût du moindre signe violent. Avais-je raison de m'inquiéter pour une simple couleur d'yeux ? Oui, le vautour apprivoisé cherchait à me prévenir d'un quelconque danger en agitant son plumage doré. C'est alors qu'il s'envola, tourna autour de son maître avant de venir se réfugier derrière moi, tremblant de tout son corps. Il poussait de petits cris stridents apeurés. Sans détourner le regard, je vis que Narcith plongeait ses griffes dans le sol. Au contact de celle-ci quelques touffes d'herbes fanèrent. Du poison... ? Il fallait que je me méfie, un excès de colère peut vite dégénérer. Une de mes pattes s'avança, il ne fallait pas qu'il reste dans un tel état, il fallait le calmer ! Au même moment la créature déguerpit afin de passer sa rage sur mon tronc d'arbre. Il se creusait à mesure que des coups le percutaient mais emportaient sa haine avec eux. Le Léviathan tombait d'épuisement suite à ses coups successifs, les pattes ensanglantées. Son compagnon m'adressa quelques mots avant de s'adresser à Narcith.

- Il n'est pas méchant, il est juste un peu perturbé... Mentalement...

Le vautour regardait son frère de cœur, les yeux emplis de tristesse. Il se reprit assez vite.

- Narcith ! Tu as un peu oublié la demoiselle !

- Fulvus...

L'oiseau alla se coucher près de lui. Des yeux bleus se dévoilèrent lorsque la longue créature releva sa tête cernée. En plus de son comportement, je trouvais ces changements de couleur d'yeux étonnants. Ils se faisaient rapidement, sans crier gare. Je décidais de me rapprocher aussi.

- Neïa... Je suis désolé... Cela m'arrive souvent en ce moment... Être une recrue n'est pas facile pour quelqu'un qui vient du désert du Soleil et qui a été élevé dans une tour abandonnée...

Je secouais doucement la tête tout en me rapprochant. Je ne savais pas si ce qu'il racontait était vrai ou monté de toutes pièces, néanmoins je le croyais. S'il était perturbé mentalement, pour reprendre les mots du vautour, c'était normal d'agir ainsi. Un entraînement martial décourage plus d'une créature, les restantes arrivaient à garder leur calme et à poursuivre tandis que les autres sombres parfois dans la folie. De plus, pourquoi un soldat mentirait-il sur son passé ? Pour attirer l'attention ? Certains le faisaient, mais lui n'en avait pas l'attitude. Tout cela combiné l'avait sûrement poussé à bout, je le comprenais. Au fond il était bon et juste, je le sentais. Une fois suffisamment près de lui, je lui posais gentiment une patte sur l'épaule.

- Ne vous en faites pas, ce n'est rien. Parfois, nous avons tous besoin de nous défouler.

Je lui souriais tendrement avant de baisser le regard vers ses pattes. Le sang dégoulinant avait eu le temps de teinter l'herbe du plateau d'un rouge éclatant. Si seulement nous avions été entouré de neiges, je lui aurai conseillé de les plonger à l'intérieur. Cela aurait certes piqué, mais les flocons auraient vite stoppé ce sang affluant. En attendant, il me fallait trouver un moyen de le soigner.

- Le plus important est que vous alliez mieux. Restez ici, je vais vous chercher de quoi vous soigner.

Je me permettais de lui tourner le dos quelques instants afin de rejoindre mes sacoches. J'en ouvrais une, la plus gonflée, et la fouillais du bout des griffes. Où est-ce qu'elles sont... ? Ah, là ! J'en sortais deux gourdes, chacune contenant de l'eau.Venaient ensuite des morceaux de tissu. L'eau était à la base faites pour me désaltérer, mais il fallait avant toute chose nettoyer les plaies du Léviathan. Quant aux pièces de tissus, elles me servaient en cas de petites égratignures. Je pris soin de tout prendre sans rien abîmer et me chargeai de les amener à Narcith. Je prenais une gourde que j'ouvris.

- Je vais vous nettoyer les pattes et vous les bander.

L'eau se mit à couler, une couleur écarlate la prit lorsqu'elle entra en contact avec le sang. Je frottais doucement pour ne pas lui faire plus mal que ce qu'il souffrait déjà. Une fois propres, je les entourais de mes tissus en les nouant au sommet pour que le tout tienne.

- Vous voulez que je serre ou que je desserre un peu ?

Patiemment j'attendais qu'il me réponde.


_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Ven 8 Jan - 0:10

Elle secouait doucement la tête tout en se rapprochant de moi, m'écoutant attentivement parler. Une fois suffisamment près de moi, elle me posa gentiment une patte sur une de mes épaules, comme pour me rassurer. Bizarrement, elle semblait me comprendre...
Je commençais à réfléchir sur son rôle dans sa faction... Pourquoi me posait-elle autant de questions? Je dois le savoir !

"
Ne vous en faites pas, ce n'est rien. Parfois, nous avons tous besoin de nous défouler.
"
Elle me souriait tendrement avant de baisser le regard vers ses pattes. Elle les observa attentivement, comme pour m'examiner. La fameuse question me brûle aux lèvres... Mais je saignais des pattes. Elle devait me soigner, et trouver un moyen de me remettre sur pattes.
Elle continua :

"Le plus important est que vous alliez mieux. Restez ici, je vais vous chercher de quoi vous soigner."

Elle me tourna le dos quelques instants afin de rejoindre une de ses sacoches. La dragonne en ouvrit une, la plus gonflée, et la fouillais du bout des griffes. Elle chercha quelque chose. Je recommençais à me méfier... Deux gourdes sont sorties, chacune contenant quelque chose qui ressemble à de l'eau. Venaient ensuite des morceaux de tissu. Elle prit le tout, délicatement, sans rien abîmer ni renverser, puis elle prit une gourde et l'ouvra. Je me laissais faire, mais j'étais sur mes gardes, les griffes douloureuses un peu sorties.

"Je vais vous nettoyer les pattes et vous les bander."

L'eau se mit à couler. Je serrais les dents pour ne pas que la dragonne m'entende hurler. Mon hurlement pourrait la rendre sourde. Elle frottait doucement les plaies pour ne pas me faire plus mal encore... Une fois les pattes propres, elle les entourait de ses tissus en les nouant au sommet pour que le tout tienne. Elle regardait le tout, en ajustant un peu, et me posa la question suivante:

"Vous voulez que je serre ou que je desserre un peu ?

-Non, ça ira bien... Cela suffira. Merci.
"
Je me relevais, lentement, et pris appui sur mes pattes avant, essayant de faire quelques gestes pour remarquer quelques douleurs ou autre. Une fois cela vérifié, Fulvus se releva aussi, et se mit contre une de mes pattes, il me fit un câlin avec son bec, et monta sur une épaule, comme au début.
Je regardais Naith d'un air curieux, et d'un coup, je lui demandais, sans politesse :

"Dis-moi, Neïa... Pourquoi tu m'as posé toutes ces questions? Tu es soldant aussi? Ou tu serais espionne, en vue de ton équipement léger, tes armes et tes connaissances?!"

-Narcith... Qu'est-ce que tu...?"

Je pris un air tyrannique :

"Silence Fulvus ! Chère Neïa, que penses-tu de cela? Dis-moi la vérité, s'il te plait. Je ne suis pas mauvais, juste curieux.
"

Je reprenais mes petites manières pendant mon discours : une patte sur la poitrine, la poser. Puis lever l'autre patte pour serrer serrer les "poings" et lever un petit doigt et reposer la patte. Je faisais toujours cela quand je veux obtenir quelque chose de précis ! J'avais de nouveau les yeux rouges, mais à la fois tendres et tyranniques, ces yeux reflétaient le tyran qui se cache en moi, et ces yeux presque démoniaques disaient à Naith "attention, danger, tyrannique en approche !"
Fulvus m'observa, et regarda la dragonne avec insistance, pour l'inciter à dire la vérité.

J'attendais impatiemment sa réponse...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Ven 8 Jan - 20:15

Spoiler:
 





Le Léviathan me gratifia pour les bandages en précisant qu'il n'avait pas besoin d'ajustements supplémentaires. Il se releva ensuite prudemment, fit quelques gestes pour s'assurer que tout allait bien. J'espérais qu'il n'avait pas trop mal, cela l'aurait handicapé pour rentrer chez lui... Son vautour se releva à la suite de son maître, se pressa tout contre l'une de ses pattes avant de s'envoler sur son épaule. Je les regardais avec un léger sourire lorsque Narcith me demanda sans préavis :

- Dis-moi, Neïa... Pourquoi tu m'as posé toutes ces questions ? Tu es soldat aussi ? Ou tu serais espionne, en vue de ton équipement léger, tes armes et tes connaissances ?!

Si mon caractère avait été plus provocant, je lui aurais certainement lancé quelque chose dans le genre « Bien observé », cependant ce n'en était pas le cas. Je portais des armes certes, je les avais maniés avec dextérité jusqu'à ce qu'il arrive, oui. Mais pourquoi se doutait-il de ça ? Parce que j'avais des bandages dans mes sacoches ? Parce-que je l'avais soigné peut-être ? Afin d'en savoir plus, je tendais l'oreille.

- Narcith... Qu'est-ce que tu... ? Essaya de dire l'oiseau.

- Silence Fulvus ! Chère Neïa, que penses-tu de cela ? Dis-moi la vérité, s'il te plaît. Je ne suis pas mauvais, juste curieux.

Son regard ne me disait rien de bon. Il était étrangement mauvais, voire peut-être même cruel. Durant ce laps de temps où il s'était exprimé nonchalamment, je l'avais écouté patiemment, sans rien laisser transparaître, observant ses gestes ressemblant à des imitations de « bourges ». Ses yeux devinrent progressivement rouges. Encore cette couleur chaude et menaçante ! Il y avait les mêmes émotions que le précédent changement d'iris, avec en prime une lueur tendre. Ses yeux me fixaient, comme s'ils cherchaient à me prévenir d'un autre éventuel danger au détriment de leur possesseur. Mais duquel ? Voilà que Fulvus me regardait avec insistance. Ils croyaient vraiment que j'allais leur révéler ma véritable identité ?

- Je suis désolée si toutes mes questions vous ont semblé étranges. Je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise. Je suis simplement de nature prudente. Comprenez que de voir arriver un Léviathan portant une armure et vous tendre un paquet peut vous mettre sur la défensive.

Je répondais, calmement, sans me précipiter afin de ne pas éveiller davantage ses soupons. Après tout, je pouvais très bien être une personne ordinaire, s'entraînant simplement pour le plaisir de manier des armes. Il y en avait beaucoup, bien plus que ce qu'on pouvait croire. Je me mis à rire tout en affichant un grand sourire.

- Vous savez, je n'ai pas tant de connaissances que ce que vous imaginez. Par précaution je préfère prendre des bandages, un faux mouvement accompagné d'une blessure est si vite arrivé.

D'un petit coup de museau, je décrochais un bouton retenant le clapet d'un des emplacements de mes dagues. Avec un petit coup d'épaule j'en fis sortir une et la rattrapai d'une griffe. Je la regardais quelques instants.

- Je viens souvent ici pour m'entraîner vous savez. Mais je ne fais pas partie de l'armée, les soldats me réduiraient en charpie en moins de deux, ils sont bien plus puissants que moi.

Et voilà un autre mensonge... Ou plutôt un autre semi-mensonge. Il m'arrivait de parcourir nos terres en quête d'endroits calmes pour m'exercer néanmoins je faisais bel et bien partie de l'armée. Non pas en tant que soldat mais en tant qu'espionne. C'était donc assurément qu'une créature telle que moi se ferait terrasser par une autre s'entraînant spécialement au maniement des armes, bien que je le fasse moi aussi à mes heures perdues. Je rangeais ma dague.

- Vous me flattez beaucoup, mais je ne suis qu'une simple citadine adorant les armes. C'est un peu comme ma passion, avec elles je peux facilement me défouler.

Mon ton s'était fait convaincant, du moins c'est ce que j'espérais. Mes élocutions avaient drôlement évolué depuis que j’exerçais mon métier. Plus on avait d'expérience et plus nous prenions de l'assurance lorsqu'il s’agissait de mentir à autrui pour protéger notre anonymat ou tout simplement récolter quelques informations croustillantes. Disons qu'à présent j'avais l'habitude de rouler les personnes dans la farine.

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 10 Jan - 15:53

J'avais beaucoup de mal à lui faire confiance, je ne sais pas vraiment pourquoi. Après tout, elle m'avait soigné. Mais je voulais écouter ce qu'elle avait à me dire... Je réagirais en fonction. Elle semblait sereine, et savait ce qu'elle disait :

"Je suis désolée si toutes mes questions vous ont semblé étranges. Je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise. Je suis simplement de nature prudente. Comprenez que de voir arriver un Léviathan portant une armure et vous tendre un paquet peut vous mettre sur la défensive."

Son ton calme et sûr d'elle me faisait me méfier. Pourquoi je me méfiais à ce point? Elle se mit à rire tout en affichant un grand sourire.

"Vous savez, je n'ai pas tant de connaissances que ce que vous imaginez. Par précaution je préfère prendre des bandages, un faux mouvement accompagné d'une blessure est si vite arrivé."

D'un petit coup de museau, elle décrochait un bouton retenant le clapet d'un de ses emplacements de ses dagues. Avec un petit coup d'épaule, elle en fit sortir une et la rattrapait d'une griffe. Elle la regardait quelques instants. J'étais prêt à provoquer un nuage de Ténèbres pour l'aveugler et m'enfuir, afin d'éviter que les choses débordent entre elle et ma personnalité Tyran. Je secouais un peu violemment la tête en tentant de l'écouter en même temps.

"Je viens souvent ici pour m'entraîner vous savez. Mais je ne fais pas partie de l'armée, les soldats me réduiraient en charpie en moins de deux, ils sont bien plus puissants que moi."

Elle rangeait sa dague. Je continuais à secouer ma tête, puis la plongea dans la neige, comme pour faire "des câlins au sol", à plusieurs reprises, d'un côté et de l'autre de ma tête, je n'arrivais pas bien à l'écouter, mais je faisais de mon mieux. Elle continuait son discours.

"Vous me flattez beaucoup, mais je ne suis qu'une simple citadine adorant les armes. C'est un peu comme ma passion, avec elles je peux facilement me défouler.

Son ton s'était fait convaincant, mais je n'avais pas bien entendu avec mes mouvements. D'un coup, ma personnalité se calmait, et je revins à moi un peu essoufflé. Je me relevais brusquement, pour paraître ordinaire, mais... Mince elle m'a vu ! Je lui souriais d'un air gêné, tentant de faire comme si de rien n'était.
Fulvus me regardait d'un air étrange et, dans un ton un peu colérique :

"Je crois que tu as été remarqué depuis longtemps, imbécile ! Nous ferions mieux de rentrer à Braserio, tu fais moins honte dans le Désert, tout seul !"

Je ne disais rien. J'ai gardé le silence, d'un air un peu triste. Je pris mes armes et mon équipement. Je m'avançais vers Naith :

"Fulvus a raison, je crois bien que je fais rentrer chez moi... C'était un plaisir de te voir... Je... Au revoir..."

Je me retournais, lui tournais le dos, et commença à partir. Je me retournais pour voir si elle allait me retenir, puis marchais quelques pas. Mes pattes me faisaient un peu mal, et à cause du froid, elles devenaient bleues.
Je fis tout de suite demi-tour et je mis mes pattes dans le creux de l'arbre que j'avais fait. il mettais mes pattes à l'abri de la neige. Je me sentais mieux !

Je regardais la dragonne, puis :

"Ca ne t'ennuie pas si je reste un peu finalement? Je suis désolé pour mes questions, mais je ne fais pas beaucoup confiance aux étrangers."

Je pris une veste au milieu de mon équipement, et me coucha en dessous.

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Lun 11 Jan - 12:11

Spoiler:
 


Durant mon monologue, le Léviathan avait plongé sa tête dans le sol à de multiples reprises. Lorsqu'il ne le faisait pas, il se contentait de la secouer comme si quelqu'un venait de déposer un objet indélogeable de sa tête. Je m'étais efforcé de l'ignorer. Quand ma bouche se ferma enfin, Narcith me regardait, d'un air gêné et désolé. Visiblement il n'avait pas voulu me déranger pendant mon récit. Je lui souriais alors que son compagnon à plumes le dévisageait étrangement et c'était sur un ton colérique qu'il clamât :

-Je croie que tu as été remarqué depuis longtemps, imbécile ! Nous ferions mieux de rentrer à Braserio, tu fais moins honte dans le désert, tout seul !

Je relevais la tête, quelque peu outrée. Narcith avait certes agi étrangement, mais cela ne justifiait en rien la dureté de Fulvus envers lui ! Au lieu de lui crier dessus, il aurait mieux fait de se taire. Cela serait revenu au même, je m'apprêtais à l'ouvrir lorsque le rouge me devança d'un air triste. Il se préparait, reprenant ses armes et ses équipements. Il allait vraiment se laisser faire ?

- Fulvus a raison, je crois bien que je vais rentrer chez moi... C'était un plaisir de te voir... Je... Au revoir...

Il se détourna de moi, me lança un dernier regard puis se retourna définitivement. Je fusillais l'oiseau de malheur du regard. Si j'avais pu je l'aurais saisi, lui demandant pourquoi avoir parlé aussi méchamment à son ami ! Je soufflais, il fallait que j'évite de m'emporter aussi rapidement... Alors que mon regard s’affaissa je remarquais les pattes mal en point de la longue créature. Avec le froid et les coups reçus, elles étaient devenu bleues. Il fallait qu'il reste ici, au moins jusqu'à ce que celles-ci aillent mieux. Je n'eus pas à lui en faire la remarque, la douleur devait être insupportable pour qu'il refasse demi-tour. Il plongea ensuite ses pattes dans le creux du tronc d'arbre. Il afficha une mine soulagée.

- Ça ne t'ennuie pas si je reste un peu finalement ? Je suis désolé pour mes questions, mais je ne fais pas beaucoup confiance aux étrangers.

Je le regardais avec un sourire crispé. Aux étrangers ? Ici, c'était lui l'étranger puisqu'il venait de Braserio, il est sur mes terres. Le terme « inconnus » aurait certainement été plus approprié, mais ce qui était dit, était dit. Je me détournais une fois de plus, en direction de mes sacoches.

- Ça ne me dérange vraiment pas, j'allais même insister pour que vous restiez. De toute manière, vous n'iriez pas bien loin avec les pattes dans un tel état...

Je recommençais à fouiller à l’intérieur des sacoches. Je devais bien avoir du tissu supplémentaire dans ce foutras... Après quelques minutes de recherches, j'en trouvais enfin. Cela ressemblait plus à de la charpie mais c'était quand même mieux que rien, non ? Je les déposais sur mes épaules puis continuais l’auscultation de mes sacs. Je me trouvais ici depuis maintenant bien des minutes, avec mon entraînement intensif la faim commençait à me creuser le ventre. Pourquoi ne pas faire un break ? Dans des bruits de froissement de plastique, j'en sortais des emballages de gâteaux. Parfait ! Je ramenais le tout, prenant soin de ne briser aucun biscuit. Je déposais en premier les paquets au sol avant de reprendre les tissus et de les donner au Léviathan.

- Du tissu tiendra certainement plus chaud que du bois. Je m'excuse pour l’apparence que ça a...

Je me chargeais ensuite d'ouvrir les paquets de nourriture, que je tendis instinctivement vers Narcith.

- Après un tel voyage vous devez sans doute avec faim, vous en voulez ?


Je ne savais pas s'il allait accepter, mais dans le cas contraire il y en aurait plus pour moi. Cela sera tempis pour lui !


_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Lun 11 Jan - 14:19

Elle me regardait avec un sourire crispé. J'avais l'impression d'avoir dit quelque chose de travers, mais je ne voyais pas ce que c'était. Elle se détournait de moi soudainement, en direction de ses sacoches.

"Ça ne me dérange vraiment pas, j'allais même insister pour que vous restiez. De toute manière, vous n'iriez pas bien loin avec les pattes dans un tel état..."

Elle recommençait encore à fouiller à l’intérieur de ses sacoches. Elle cherchait quelque chose. Pendant ce temps, je tournais la tête pour voir si Fulvus était revenu. Rien... Je voulais m'expliquer avec lui, mais je ne le voyais pas. Par moments, j'observais la dragonne et me retournais pour espérer voir mon vautour... Toujours rien à chaque fois. La déception prenait place à chaque regard dans le vide des plateaux. J'entendais Naith manipuler une emballage en plastique, et sortait des emballages de gâteaux. Mon ventre en gargouillait ! Elle ramena le tout, prenant soin de ne briser aucun biscuit, toujours aussi délicate. Elle posa la boite au sol, et me donnais du tissu :

"Du tissu tiendra certainement plus chaud que du bois. Je m'excuse pour l’apparence que ça a..."

Je lui souriais, sincèrement cette fois, les yeux verts, ordinaires. Je secouais la tête pour lui montrer que j'étais enfin dans mon état normal, qu'elle n'avait donc rien à craindre, et que n'importe quel tissu qui pouvait me réchauffer faisait l'affaire. Elle posa le tissu sur les pattes, puis elle se chargeait ensuite d'ouvrir les paquets de nourriture, qu'elle tendait instinctivement vers moi, d'un ton serein, comme depuis le début, ce qui me fis un peu rire :

"Après un tel voyage vous devez sans doute avec faim, vous en voulez ?

- Avec plaisir ! Merci. Au fait... Tu peux me tutoyer, je pense qu'on est pas assez haut gradés pour se vouvoyer encore, je t'ai offert un collier, et toi tu m'offres de la nourriture haha !"

Oui, j'ai rit ! Mais je trouve le vouvoiement ridicule, je suis comme ça... Je ne me sens pas à l'aise avec ces manières. J'en prends lorsque je suis dans mon état Tyran, et si je ne le suis pas, c'est par caricature. Je pris deux biscuits, et je les mangeais lentement, les appréciant. Je me retournais pour voir une nouvelle fois Fulvus, et il revint. Il hésita à se poser sur mon épaule, mais il opta pour l'arbre. Il était encore un peu en colère contre moi.

"Fulvus, descends, ne fais pas ton enfant ! Tu as ta place sur mon épaule !

-Oui... Je le sais..."

Le volatile se décida enfin à se poser sur mon épaule. Il regardait Naith d'un air boudeur. Je me moquais un peu de Fulvus. Bah quoi? Il m'a grondé, c'est tout ce qu'il mérite ce vilain !
Je regardais Naith, d'un air complice, mes yeux devenant jaunes, et j'attrapais le volatile par la gueule et le lança vers Naith. Le volatile s'écrasa sur le sol, aux pieds de la dragonne.

"Aïe !! Ca va pas la tête?!

-Excuse-toi auprès de Neïa !"

J'attendais que le volatile s'excuse de sa conduite ! Non mais !

"Pardonnez-moi..."

J'attendais la réaction de Neïa... En penchant la tête sur la droite.

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Mer 13 Jan - 21:02


Le Léviathan observa un instant mes petits biscuits. Il semblait ravi que je lui en propose. Sûrement que son long voyage lui avait creusé le ventre. Un aller entre Braserio et l'Alliance n'était pas rien tout de même... Il me remercia gentiment avant de me permettre de le tutoyer. Pour lui, il n'y avait pas de problème puisque c'était ce qu'il faisait depuis le début ! Sa seule excuse était de me dire que nous n'étions pas assez haut gradés pour faire preuve d'une telle politesse. D'après lui, et d'après ce que j'en avis compris, nous avions fait une sorte d'échange : un collier contre de la nourriture. Cet « échange » devait certainement le renfoncer dans l'idée de se tutoyer. Il se mit à rire. Oui, pourquoi pas. Il n'avait pas entièrement tort, je ne n'étais qu'une simple espionne et lui qu'une simple recrue. Bien que la politesse soit quelque chose d'important envers les inconnus, il est parfois bon de l'oublier afin de briser la glace. Je lui répondis par un petit sourire, affirmant sa proposition.

Narcith, suite à ce court échange, se pencha sur l'emballage et se munit de deux biscuits qu'il savoura longuement après quoi son regard se tourna, fixant l'horizon s'étendant face à lui. A cet instant précis Fulvus revenait vers nous. L'oiseau regardait l'épaule de son compagnon avant de regarder des branches d'arbre. Il se pose sur ces dernières. Après ce qui venait de se passer, je me doutais un peu qu'il devait encore en vouloir au Léviathan.

- Fulvus, descend, ne fais pas ton enfant ! Tu as ta place sur mon épaule.

Je regardais le rouge, les yeux écarquillés. Décidément, il n'était pas rancunier lui ! Personnellement, si mon compagnon ou ami m'avait parlé comme l'avait fait le vautour, je lui aurais bien fait comprendre qu'il ne devait plus recommencer ni même m'adresser la parole durant un bon moment.

- Oui... Je le sais...

Doucement, Fulvus battit des ailes et alla se poser sur l'épaule de Narcith, le regard boudeur. Je soupirais intérieurement. S'il était encore fâché, il ne fallait pas revenir avant de s'être calmé... Soudainement Narcith saisit l'oiseau dans la gueule et me l'envoya dessus. Paf ! Le volatile s'écrasa devant mes pattes.

- Aïe !! Ça va pas la tête ?!

- Excuses-toi auprès de Neïa !

Le rouge attendait que l'autre s'excuse de sa conduite. Je les regardais à tour de rôle. Si Fulvus devait d'excuser, ce n'était pas auprès de moi mais auprès de Narcith.

- Pardonnez-moi...

J'hochais la tête, acceptant ses excuses puis l'aida à se relever d'un coup de museau. Je lui souriais.

- Puisque avec Narcith nous nous tutoyons désormais, je t'en prie, fais de même.

Mon regard resta un long moment posé sur les plumes de l'oiseau. J'attendais de voir s'il allait s'excuser de lui-même pour son comportement auprès de son maître. C'était normal, Narcith avait peut-être agi bizarrement mais ce n'était pas vraiment une raison pour lui crier dessus comme l'avait fait Fulvus. Le moment que j'attendais ne vint pas.

- Tu sais, Fulvus, à moi tu ne m'as rien fait.

Je relevais brusquement la tête, pointant ma corne nasale vers le long dragon. Celui-ci était resté silencieux. Etait-il satisfait... ? Sûrement... Mais dans l'histoire cela devait être lui qui avait le plus souffert. Non vraiment... Il fallait que Fulvus s'excuse et rapidement. S'il ne le faisait pas, bien que Narcith ne me semblât gère rancunier, l'oiseau risquait de bouder pendant encore longtemps, avec ce qui était arrivé sur la conscience.

- Tu devrais plutôt t'excuser auprès de Narcith.

Je lui souriais pour l'y encourager. D'un petit coup d’œil je m'adressai à Narcith silencieusement, priant pour qu'il comprenne mon message. Je ne voulais pas qu'il profite de cet instant pour humilier le vautour, j'espérais qu'il avait bel et bien compris. De plus, mon but n'était pas non plus de faire rebaisser l'oiseau... Une relation d'amitié est avant tout basée sur la confiance, sans ça, ce lien si spécial peut vite se fragiliser...


_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Jeu 14 Jan - 0:14

Après les mots de mon ami, la dragonne hochait la tête, acceptant ses excuses puis l'aida à se relever d'un coup de museau. Elle lui souriait. Je les regardait faire d'un œil attentif. Fulvus avait mal agit, je pense qu'il a compris que le coup du "je t'attrape par la gueule et je te lance à terre" était l'équivalent d'une gifle. C'était un code entre nous, rien de bien méchant.
Si j'agissais mal, il avait le droit de me picorer la tête, les épaules ou le dos. C'est un moyen pour nous de se rappeler les bonnes manières, un moyen un peu étrange pour les autres, mais on était habitués. Naith répondit à son tour au vautour :

"Puisque avec Narcith nous nous tutoyons désormais, je t'en prie, fais de même."

Son regard resta un long moment posé sur les plumes de l'oiseau. Elle attendait certainement de voir s'il allait s'excuser de lui-même pour son comportement auprès de moi. J'attendais cela aussi, mais je voulais qu'il s'excuse auprès d'elle aussi, faire une scène devant un membre de l'Alliance, et sur ses terres, c'était pas très gentil. Le moment que nous attendions ne vint pas. L'oiseau était un peu confus.

"Tu sais, Fulvus, à moi tu ne m'as rien fait."


Naith relevait brusquement la tête, pointant ma corne nasale vers moi. Elle prenait ma défense? J'y croyais pas vraiment. Je regardais la dragonne d'un air étonné, Fulvus savais ce qu'il devait faire, ce n'est pas la première fois qu'il me fait ce coup-là, où il me gronde pour ne pas me contrôler suffisamment. Il va bien, monsieur le vautour qui n'a pas eu de problèmes dans sa vie ! Même si Fulvus est un peu égoïste pour ça, je sais qu'il le fait pour mon bien. La dragonne recommençait à parler :

"Tu devrais plutôt t'excuser auprès de Narcith."

Elle souriais au volatile doré pour l'y encourager. D'un petit coup d’œil elle me faisait un signe, silencieusement, elle voulait que j'agisse un peu peut-être?. Je ne voulais pas envenimer les choses, je suis fort pour ça... J'avançais d'un pas vers le vautour, et, d'un air un peu confus :

"Fulvus... Elle a raison, je crois... Euh... J'attends tes excuses...


-Oui... Désolé Narcith... Mais je voulais le faire pour ton bien, tu as besoin de quelqu'un qui soit sévère avec toi quand il le faut.

-Ne me rappelle pas ce qui est dur à accepter... Mais j'arrive à me contrôler, j'ai réussi à redevenir moi-même, tu as bien vu?

-Oui. J'ai vu. Mais je ne pourrais pas être avec toi éternellement, un vautour vit moins qu'un Léviathan..."

Mes yeux devinrent bleus, je baissais la tête pour symboliser ce qu'il ne voulait pas prononcer : la mort de vieillesse. Dans notre amitié, nous ne prononçons pas ces mots. Mais parfois, il est nécessaire d'en parler. Qui pourrait bien m'apprendre après Fulvus? Je me posais la question. Je levais la tête vers Naith, et j'allais m'assoir à côté d'elle, toujours un peu triste. Je m'adressais enfin à elle :

"Je crois que tu as été un peu oubliée... Tout va bien?"

Je la regardais d'un air un peu gêné, j'étais venu la déranger sur ses terres ! Je devais lui parler un peu, apprendre à la connaitre. J'en oubliais mes soupçons, et me concentrais sur elle :

"Tu voudrais, un jour, venir à Braserio? faire une petite visite comme moi ici? Haha !"

Je riais de complicité en l'imaginant dans le désert, en lui montrant ce que je peux être gentil... Je voulais lui prouver que deux factions différentes ne peuvent pas entraver une amitié naissante...
Je devais lui demander pour être sûr :

"Dis-moi... Il est possible que nous soyons amis? Je veux dire, une amitié sincère, au point de désobéir à notre faction?"

Je veux savoir si elle est sincère, ou si elle vas dire cela pour me rassurer, de toute manière, Fulvus est un animal qui sent ces choses, si les plumes de sa queue se dressent, c'est qu'elle n'est pas sincère. Nous verrons bien ! Je lui souris gaiement, espérant une réponse sincère...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 17 Jan - 0:26


Le Léviathan avança d'un pas vers le vautour. Il était visiblement d’accord avec moi, puisqu'il demandait par la suite des excuses valables à son compagnon. Mon regard passa du Dragon à l'oiseau. Il s'excuse, l'air vraiment désolé. Il avait prétendu l'avoir fait pour le bien de Narcith et avait ajouté qu'il fallait quelqu'un de sévère à ses côtés lorsque le moment le demandait. Narcith ne bougeait pas, il restait calme, ne présentant aucune saute d'humeur. Je soupirais, merci... Les mots semblaient lui peser lorsqu'il rappela à son ami de ne pas lui remémorer les choses étant dures à vivre. D'après lui, il arrivait à se contrôler : la minute d'avant, il avait réussi à se ressaisir. C'était son seul exemple. J'hossais un sourcil. Oui, il l'avait bien fait, mais avait tout de même passé quelques instants avant d'y arriver. C'était plutôt du semi-contrôle dans ce cas-là...

- Oui. J'ai vu. Mais je ne pourrais pas être avec toi éternellement, un vautour vit moins qu'un Léviathan...

Immédiatement, les yeux de l'intéressé passèrent au bleu profond, il baissait la tête. De mon côté j'avalais goulûment ma salive. Tout comme Narcith, le fait d'énoncer la mort me mettait mal à l'aise. Que la mort soit de vieillesse ou causée par des blessures, cela ne me choquait pas plus que ça avant. Cela me peinait, certes, mais c'était quelque chose qui finissait par arriver tôt ou tard. Du moins, je pensais ça avant mon terrible accident et depuis, lorsqu'on évoquait une situation dans ce genre, je ne pouvais m'empêcher de me remémorer ce qui s'était passé ce jour-là... Le Léviathan vint se placer à mes côtés.

- Je crois que tu as été un peu oubliée... Tout va bien ?

Je secouais la tête afin de m'ôter ces sombres pensées de la tête. Pourquoi je pensais encore à ça ? Je me repris et dans un grand sourire j'hochais la tête.

- Tu voudrais, un jour venir à Braserio ? Faire une petite visite comme moi ici ? Haha !

Je réfléchissais un bref instant. Cela pouvait être une idée intéressante. A vrai dire, je m'y étais déjà rendue à de multiples reprises. A tel point que j'en connaissais les endroits principaux ainsi que les bars où les informations circulaient le plus vite. Cependant, le temps ne s'était jamais fait bien clément lors de mes voyages... Je savais bien que le climat était chaud à Braserio mais je ne m'en étais fait qu'une réelle idée que la seconde où j'y avais mis les pattes. Les paroles suivantes du Léviathan coupèrent court à mes pensées.

- Dis-moi... Il est possible que nous soyons amis ? Je veux dire, une amitié sincère, au point de désobéir à notre faction ?

Je ne pensais pas que Narcith mentait, pourtant j'avais du mal à croire ce qu'il racontait. Être amis ? Pour moi il n'y avait pas de problème seulement au point de désobéir à l'Alliance... Ça... Je ne pouvais pas le promettre, en tant qu'espionne j'avais juré allégeance à l'Alliance. Et Narcith en avait sûrement fait de même auprès des siens. Je vais d'abord répondre à sa première question...

- Je serais heureuse de pouvoir un jour t'y accompagner seulement ma race n'y a pas vraiment sa place. Je m'y suis déjà rendue, mais avec cette chaleur ambiante je ne tiens pas très longtemps...



Je lui souriais vaguement, le regard crispé. Au plus profond de moi, j'espérais qu'il puisse me comprendre. Je ne voulais en rien l'offenser ou éviter sa proposition. Je ne mentais pas là-dessus, dans ce pays il faisait bien trop chaud. Une Dragonne de Givre telle que moi aurait beaucoup de mal à y vivre, même pour une journée. Par contre, si cela se passait la nuit, cela pouvait très certainement passer... Néanmoins cela serait le Léviathan qui serait dérangé. Je continuais sur sa rpoposition suivante.

- Écoute... Moi je ne vois pas pas d'inconvénient à devenir amis. Mais je ne pourrais jamais désobéir à l'Alliance. Mon cœur va bien sûr vers eux



Je cherchais mes mots soigneusement. Je ne voulais pas peiner mon interlocuteur.

- En temps de guerre, je me retournerai principalement vers eux.

J'étais franche et ça parce qu'on m'avait appris à l'être. Je ne voulais pas lui donner de faux espoirs mais je ne voulais pas non plus le décevoir. En aucun cas je ne voulais le froisser. Mais tout cela serait trop difficile à vivre sur un champ de bataille, aussi bien pour lui que pour moi...


_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 17 Jan - 18:17

Elle réfléchissait, au fur et à mesure que je posais mes questions. Pour la première, elle expliquait qu'elle voudrait bien, mais que sa race craignait la chaleur, et que ça serait difficile pour elle. Je la comprends, peut-être que je pouvais lui proposer la nuit? Braserio est calme le soir, les étoiles magnifiques. Je lui proposerai. Je ne crains pas trop le froid de la nuit, mais le sable est toujours chaud, je pourrais me faufiler dedans, et sortir la tête et les ailes pour l'accompagner.

Sa seconde réponse m'a un peu froissé. Mais ce n'est pas faux, le devoir militaire sera plus fort, mon coeur ira vers les miens sur un champ de bataille. Je ne trahirais jamais les miens, tout comme elle. Je maniais déjà très bien les armes, j'avais appris avec mes parents plus petit.

"Je sais, je ne trahirais jamais ma faction non plus !"

Je la sentais franche, et sincère. Mais je sentais que ses mots étaient réfléchis, trop réfléchis. Et voilà, je recommence à me méfier, mon instinct de Tyran revenait un peu. Je me levais, et observais les sacoches de Naith, pensif, et mes oreilles, en voyant les dagues, se penchaient en arrière. De mon regard un peu sombre et sans ressentis, je levais mon épée de mon fourreau, et je la posais sur le sol. Il y avait du sang frais dessus, un signe que je m'étais défendu plus tôt, avant ma rencontre avec le dragonne. Dans ma seconde sacoche, se trouvait un torchon blanc, que je sortais, déjà un peu taché, et une pierre à affûter. Je nettoyais la lame délicatement, des deux côtés, immergé dans ma tâche. J'aimais prendre soin des armes, cela me passionne. Je crois que Naith a dû le voir...

Fulvus s'était couché, près des pattes de Naith, lui donnant des informations :

"Il aime les armes, il en prend grand soin. Il y a quelques heures, il s'est battu contre deux griffons, il en a blessé un, et en a tué un autre. Il est très fort malgré son rang !"


Je ne prêtais pas attention à Fulvus, je n'entendais plus personne. Il continua :

"Sa famille était... Une famille de hors la loi, des assassins, il n'a pas grandi dans un bon environnement... Mais il a gardé l'enseignement de ses parents pour le combat, mais en étant des assassins, ils ont fait de leur enfant une machine à tuer. Mais Narcith n'est pas tombé dans ce piège. Il a été corrompu par son père... Mais il tente de sortir de ce cercle vicieux en étant recrue."

Fulvus s'arrêtait là, il ne voulais pas en dire trop sur son ami, surtout que la partie suivante de l'histoire risquait de faire pleur à Naith. Le vautour voulait s'assurer de ne pas avoir choqué son interlocutrice. Il demanda alors, avec quelques roucoulements de crainte après :

"Je ne vous choque pas en parlant de lui ainsi? Je ne fais que dire la vérité..."


Il espérait qu'elle comprendrait pourquoi il a des sauts d'humeur... Et attendait une réponse, en espérant également qu'elle ne poserait pas de questions sur les changements de couleurs d'yeux...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Ven 22 Jan - 23:36




Narcith n'était, tout comme moi, pas disposé à trahir sa faction pour sauver une connaissance, aussi importante soit-elle. En étant soldats c'était bien normal de voir les choses ainsi. Soudainement, le Léviathan si me faisait face se leva, observant mes sacoches. Son air était réfléchi, il devait très certainement penser à quelque chose, mais à quoi ? Ses oreilles se dressèrent pour finir repliées tout contre son crâne. Son regard vira une fois de plus au sombre, aucune lueur ne témoignait d'une quelconque émotion. Ses yeux étaient comme... livides. Il se munit de son épée qu'il sortit de son fourreau. Je le regardais faire. Que cherchait-il à faire après avoir inspecté mes sacs avec autant d'insistance ? Me faire un coup dans le dos, un coup bas ? S'abaisserait-il à ce genre de pratique... ? Je ne pensais pas, non, mais résolu à vouloir absolument démanteler les forces ennemies, un soldat pouvait être prêt à tout. Je restais sur mes gardes. Sa lame était tâchée, d'un rouge que l'on n'oublie jamais après l'avoir rencontré, le rouge vif qui coule dans nos veines... Du sang ! Sans m'en rendre compte, mes yeux s’écarquillèrent tandis que le Léviathan sortait un torchon blanc accompagné d'une pierre à aiguiser. Il se mit à nettoyer son arme, comme s'il était dans son petit monde. Une seule question me trottait en tête : de qui provenait ce sang ?

- Il aime les armes, il en prend grand soin. Il y a quelques heures, il s'est battu contre deux griffons, il en a blessé un, et en a tué un autre. Il est très fort malgré son rang !

L'oiseau me regardait, je restais choquée quant à cette révélation. Pourquoi ? Pourquoi avoir tué un des miens ? Parce qu'ils l'avaient attaqué, croyant à avoir affaire à un ennemi de Braserio ? Parce-qu'il avait une simple envie de se défouler ? Je serrais les crocs.

- Sa famille était... Une famille de hors la loi, des assassins, il n'a pas grandi dans un bon environnement... Mais il a gardé l'enseignement de ses parents pour le combat, mais en étant des assassins, ils ont fait de leur enfant une machine à tuer. Mais Narcith n'est pas tombé dans ce piège. Il a été corrompu par son père... Mais il tente de sortir de ce cercle vicieux en étant recru.

Avoir un lourd passé ne justifie pas tout. Il a peut-être été élevé pour tuer, mais rien n'expliquait la raison de son agissement, surtout en ces lieux. Fulvus m'avait dit qu'il n'était pas tombé dans ce piège, pourtant, moi, je voyais les choses autrement. Ses parents l'avaient fait grandir dans l'unique but de se servir de lui comme d'un exécuteur, ils avaient réussi... Narcith n'avait jamais réussi à éviter ce « pièce », dès sa naissance il y était plongé à l'intérieur.

- Je ne vous choque pas en parlant de lui ainsi ? Je ne fais que dire la vérité...

Je restais une fois de plus sans voix. Que dire après ça ? Que tout allait bien ? Non, je n'allais pas fermer les yeux sur ce que venait de me dire Fulvus, c'était tout bonnement impensable. Désormais, je savais d'où venait le côté « perturbé » de Narcith.

- Ne t'en fais pas, de nos jours je suis amenée à entendre des histoires plus effroyables que celle-ci.

Mon regard se posa durement sur Narcith. Son arme resplendissait de miles feux à présent, durant tout le monologue de son ami, le rouge était resté plongé sur sa lame. Je ne savais pas par quoi commencer tellement que j'avais des choses à lui reprocher et à lui demander. Je soupirais, essayant de reprendre mon calme afin de discuter calmement.

- Je veux bien que tu sois fort Narcith, mais pourquoi avoir tué un Griffon, de plus en venant ici ? La force n'est pas que physique, elle est aussi mentale. Achever un adversaire n'est aucunement une preuve de force, simplement une preuve de cruauté. La force ne se résume pas au combat, en avoir c'est aussi avoir de l'indulgence.

Je pense avoir assez développé. J'espère qu'il comprendra où je voulais en venir. D'après moi, être fort ne signifiait pas être capable de tuer facilement suite à un combat, mais plutôt d'être capable de pouvoir laisser la vie. Pour gagner un combat, la mort de l'adversaire n'est pas obligatoire. En ces temps de guerre, la vie était suffisamment gaspillée sur les champs de bataille, il n'y avait nul besoin d'en prendre davantage.

- Je reviens sur tes propos, Fulvus. Tu m'as dit que Narcith n'était pas tombé dans le piège de ses parents. Cependant, pour moi c'est tout comme. Ils en ont fait une machine à tuer, il cherche à fuir cette situation pourtant il a ôté une vie en venant ici. Tu appelles ça ne pas tomber dans un piège ? Pour toujours, Narcith sera amené à livrer une bataille, seul.


Je ne savais pas comment allait le prendre les deux compères, tout ce que je voulais c'était qu'ils ne s'énervent pas trop malgré mes reproches parfois venimeux. Je ne voulais pas blesser Narcith, pourtant il fallait que je lui fasse part de mon état d'esprit. Il fallait qu'il comprenne que tuer n'était pas forcément bien. Bien sûr, nous sommes tous amené à le faire de temps à autre, nous soldats, c'est en quelque sorte notre métier. Mais savoir faire preuve d’indulgence à l'égard d’autrui peut aussi très bien nous mener à la victoire.

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Sam 23 Jan - 0:21

L'oiseau doré était attentif à la réponse de la dragonne, il voulait en révéler un peu, mais pas tout. Après tout, je devais assumer mon passé, mon histoire... Il écoutait attentivement Naith, même s'il me surveillait, d'un œil...

"Ne t'en fais pas, de nos jours je suis amenée à entendre des histoires plus effroyables que celle-ci."

Je me sentais un peu observé, et je me déconcentrais petit à petit. Mon arme était à présent bien affûtée, et bien propre, j'en étais fier ! . Je prêtais de nouveau attention à la dragonne, qui soupirais, essayant de reprendre son calme. Je sentais que je l'avais froissée, mais j'ignorais pourquoi, car je n'avais pas écouté ce que disait Fulvus, mais c'était sûrement à propos de ce combat contre les griffons... Elle me répondait, un peu sèche :

"Je veux bien que tu sois fort Narcith, mais pourquoi avoir tué un Griffon, de plus en venant ici ? La force n'est pas que physique, elle est aussi mentale. Achever un adversaire n'est aucunement une preuve de force, simplement une preuve de cruauté. La force ne se résume pas au combat, en avoir c'est aussi avoir de l'indulgence."

J'ai vu juste... Le combat contre les Griffons ! Nous y voilà ! Je ne peux pas me défendre sans me faire piquer par une dragonne de glace ! C'est normal de prendre la défense des siens, mais quand l'objectif de ses ennemis étaient de vous tuer, je crois que préfère voir mourir que de subir le sort de la créature que j'ai affronté. Cela peut paraître égoïste, mais je crois que tout le monde régirait de la même manière, elle en première, si cela était l'inverse...
J'allais répondre, mais elle ne me laissais pas terminer ma phrase, et continuait son discours :

"Je reviens sur tes propos, Fulvus. Tu m'as dit que Narcith n'était pas tombé dans le piège de ses parents. Cependant, pour moi c'est tout comme. Ils en ont fait une machine à tuer, il cherche à fuir cette situation pourtant il a ôté une vie en venant ici. Tu appelles ça ne pas tomber dans un piège ? Pour toujours, Narcith sera amené à livrer une bataille, seul."

Aïe, mon point faible. Le piège de mes parents. Je ne sais pas ce que Fulvus avait raconté, mais je n'étais pas encore sorti de ce conditionnement, c'était sûr et certain. Je ne pouvais pas ne pas y rentrer, puisque j'ai vécu et grandit dedans, c'est évident, non? Peut-être pas quand on ne le vit pas... Peut importe, je devais lui expliquer, tout en choisissant mes mots, pour ne pas trop en dire...

"Pour... Le combat contre les Griffons... J'ai dû en tuer un sur les deux, ils voulaient me tuer, je n'allais sûrement pas les laisser faire ! L'instinct de survie a pris le dessus : j'ai averti en premier lieu, ils ne m'ont pas écouté, alors j'ai sorti les armes. J'ai tenté de prendre la fuite, mais ils m'ont rattrapé. Qu'est-ce que je pouvais faire? Me défendre, j'étais équipé, je n'allais pas leur dire "vous voulez me tuer, allez-y ! Je vous regarde me tailler en pièces" ! La mort de l'un avait entraîné la fuite de l'autre !"


J'était un peu en colère en expliquant, car je ne comprenais pas sa réaction, je n'ai fait que me défendre, j'ai fait avec les moyens que j'avais, et ruser dans un endroit que je ne connais pas... Je ne sais pas si je vais tomber sur plus gros que mois derrière où en face de moi... Pour mes parents, je devais lui apporter des explications aussi...

"Pour ce qui est du piège de mes parents... Je ne suis jamais sorti de ce conditionnement, ce qui explique en partie mes gestes énoncés peu avant. Je ne suis pas une machine à tuer dans mon état normal... Je le suis lorsque mes yeux sont rouges, il n'y a que cet état qui est à craindre..."

Je lui tournais le dos en baissant la tête, car en revenant sur le passé, les souffrances liés à ces instants remontaient vers la gorge. Je recommençais à griffer le sol. Ce n'était pas du poison, mais les larmes qui ne sortaient pas par les yeux. Fulvus se posait sur mon épaule pour me réconforter. Mais je fis un mouvement de l'épaule pour le faire redescendre. Je me retournais en direction de Naith, le regard presque vide, comme hanté par mes souvenirs.

"Et devine quoi?! Ils ont réussi à faire de moi un monstre, au point de..."

Je m'arrêtais, et je tentais de contrôler les mots qui voulaient sortir et j'arrivais à les garder en moi. A la place, je décidais de faire un croquis sur le sol avec ma dague : un schéma de mon père, avec la dague que je tenais, dans la poitrine.

J'attendais sa réaction, et en attendant, je restais alerte... Mais je ne voulais pas la froisser à son tour, la choquer, et surtout : je ne voulais me battre avec elle, je voulais simplement lui dire la vérité, mais les mots ne sortaient pas.

"Alors?... Tu vois bien que mes parents on eu ce qu'ils voulaient : un monstre comme eux..."

Je la regardais les yeux bleus, remplis de tristesse. Je m'attendais à ce quelle prenne ses armes et me tue, ou qu'elle s'en aille... Je voulais simplement ne pas lui mentir...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Mer 27 Jan - 17:14




La longue créature sembla se crisper lorsque j'évoquais le sujet délicat qu'était son enfance. Comme je n'avais plus rien à ajouter, je le regardais, l'incitant ainsi à parler. L'intéressé choisit méticuleusement ses mots avant de se mettre à tout expliquer. Il commença par les Griffons : ils voulaient le tuer, lui l'avait fait dans l'unique but de se défendre. Il m'avait bien fait comprendre qu'il les avait avertis à maintes reprises avant de se déchaîner, en vain... Le survivant s'était donc enfui face à la mort de son ami. C'est drôle, cela me rappelait des choses... Je n'étais pas vraiment en mesure de juger qui que ce soit, mais en tant que camarade de faction, je ne pouvais pas accepter ce meurtre. De toute manière, que pouvais-je bien faire à présent ? Ce qui est fait, est fait. Malgré mon désir de le faire, nous ne pouvions pas revenir en arrière. Je continuais d'écouter le Léviathan en repensant parfois à ce jeune Griffon devant rentrer seul chez lui, avec le remords d'avoir abandonné un frère.

Ses parents, son passé douloureux. Il en arrivait à présent à ce rude moment de son histoire. En toute sincérité il admit n'être jamais sorti de l'enseignement de ses parents, d'après lui cela était une raison suffisante pour expliquer le carnage évoqué tantôt. Je ne le pensais pas, non. Il avait certes reçu une manière bien particulière d'apprendre à vivre, mais à présent il devait s'en défaire... En temps normal, ce n'était pas une machine à tuer, dans ce cas il aurait mieux fait de s’exercer à conserver cet état plutôt que de venir chez moi assassiner des êtres chers. Évoquant sa couleur d'yeux qui reflétait son envie meurtrière, il se mit à baisser la tête, se détournant de moi. Ses griffes se plongèrent dans le sol à plusieurs reprises. Ce n'était pas de la colère, mais de la peine. Je pouvais, sans mal, ressentir cet effroi qui le glaçait jusqu'aux os. Fulvus me devança et alla se poser sur l'épaule de son maître, espérant le réconforter. Narcith le chassa d'un mouvement d'épaule. Son regard se posa dans le mien lorsqu'il me refit face. Ses yeux étaient livides, il n'y avait plus aucune émotion à l'intérieur. Cela me remémorait les instants où je parlais, moi aussi, de choses qui m'étaient difficiles. J'avais le même regard.

- Et devine quoi ?! Ils ont réussi à faire de moi un monstre, au point de...

Sa voix se perdit dans un silence presque pesant. Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il continue d'une quelconque façon néanmoins il le fit, se munissant de sa dague et dessinant son père, mourant, le couteau dessinateur en plein milieu de la poitrine. Il l'avait donc tué et achevé ? Voilà bien ce que méritait son père après avoir infligé tant de souffrances à son fils.

- Alors... ? Tu vois bien que mes parents ont eu ce qu'ils voulaient : un monstre comme eux...

Ses yeux virèrent au bleu, recouvert d'un voile de tristesse. Tout ce qu'il venait de me dévoiler devait sûrement lui être douloureux, lourd de souvenirs affreux. Et pourtant, ce n'était pas le seul à vivre ce genre de choses immondes.

- Je pense que tu as très bien compris que je ne te pardonnerai pas la mort de mes compagnons, quel que soit ton passé.

Aussi dur soit-il, il fallait bien qu'il se mette en tête que d'essayer de me faire s’apitoyer sur son sort ne mènerait à rien. Rien ne me ferait changer d'avis, même avec une histoire aussi déchirante que la sienne. De toute façon, pour lui cela aurait été pareil, non ? Il est toujours dur de reconnaître la mort, que l'on soit d'une même famille, des amis proches, de simples connaissances ou même des inconnus.

- Mais je veux bien avouer que ce que tu as vécu à dû être effroyable, surtout en étant si jeune.

Malheureusement, les blessures les plus incurables sont celles faites à l'enfance. Un jeune ne peut pas comprendre ce qui lui arrive en ayant un raisonnement d'adulte. Il se contente d'obéir à ses parents, pâtissant bien souvent de leurs mauvaises actions. Ce vide d'amour, remplacé par de la cruauté, ne fait qu'apporter malheur à celui qui le côtoie.

- J'ai aussi vécu quelque chose de dur à encaisser. La chose que doit surmonter ce pauvre Griffon revenant solitaire à sa faction : la mort d'un camarade. Bien plus qu'une sœur d'arme, c'était avant tout mon amie, et, tout comme ce Griffon, j'ai dû me résoudre à l'abandonner face à la menace lorsqu'elle celle-ci poussait son dernier soupir. Mais depuis, j'ai appris à m'en sortir, sans jamais oublier ce qu'il c'était passé. Je pense que tu devrais en faire de même.

Je m'étais légèrement crispée, mais je me détendais peu à peu. J’espérais seulement ne pas avoir froissé mon interlocuteur. Je soupirais lentement, reprenant totalement mon calme. Je patientais désormais calmement, attendant une quelconque raison de la part de l'autre dragon.

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 31 Jan - 20:47

Naith regardait le dessin sur le sol et comprit immédiatement ce qu'il s'est produit. La voix nouée, je ne pouvais plus parler pendant un moment après ce récit, je me précipitais d'effacer le dessin en griffant le sol : le poison vert suffisait à dissoudre les marques. Elle fit un premier commentaire :

"Je pense que tu as très bien compris que je ne te pardonnerai pas la mort de mes compagnons, quel que soit ton passé."

Et alors? Je ne voyais pas où elle voulait en venir. Me pardonner ou non, quelle importance ? Ce qui est fait est fait, et je n'allais pas me laisser faire non plus. Je la regardais d'un air un peu colérique, car elle n'avait pas l'air de bien comprendre cette histoire des Griffons. De toute manière, elle ne comprendrait pas tant qu'elle ne sera pas visée par deux Taupes, ou deux Léviathans. Elle continuait :

"Mais je veux bien avouer que ce que tu as vécu à dû être effroyable, surtout en étant si jeune."

Enfin un peu de compréhension, c'est juste la phrase que je voulais. Je ne m'attends pas à ce qu'elle pleure à ma place non plus, mais un peu de compassion que je n'ai jamais eu est enfin là. Je me sentais un peu mieux, mais j'écoutais ce qu'elle me disait. Fulvus se posait sur mon épaule, et je le laissais faire cette fois. Mais la dragonne se crispait, elle continuait :

"J'ai aussi vécu quelque chose de dur à encaisser. La chose que doit surmonter ce pauvre Griffon revenant solitaire à sa faction : la mort d'un camarade. Bien plus qu'une sœur d'arme, c'était avant tout mon amie, et, tout comme ce Griffon, j'ai dû me résoudre à l'abandonner face à la menace lorsqu'elle celle-ci poussait son dernier soupir. Mais depuis, j'ai appris à m'en sortir, sans jamais oublier ce qu'il c'était passé. Je pense que tu devrais en faire de même."

Elle retrouvait son calme. Le silence régnait entre nous tous, je ne savais pas quoi ajouter à cela. Je regardais derrière moi, là où je voulais repartir, chez moi. Je regardais à nouveau Naith. Je ne savais pas si je devais partir ou rester. Je rangeais mes armes, même si, un instant, j'hésitais. Je pensais que débuter un combat ou un jeu quelconque nous sortirait de cette ambiance glaciale qui s'installait. Mes yeux se teintaient de jaune, je pris ma dague, et la lançais sur l'arbre, avant de proposer :

"Pour passer à autre chose... Ca te dit un petit entraînement ?"

Je fis un clin d'oeil pour bien montrer que je voulais plus m'amuser que me battre sérieusement. Fulvus me regardais d'un air très surpris, il descendit de mon épaule, l'air méfiant, et se posait près de Naith. Je pris une branche sèche de l'arbre. Pour faire le pitre, je pris la branche telle une arme, et, d'un air complice :

"En garde !

-Narcith... Je ne pense pas que c'est une bonne idée ! Tu es blessé aux pattes !"

Je regardais mes pattes avant. Oui, c'est vrai, j'étais un peu mal en point... Mes yeux redevinrent normaux (verts), je jetais le baton et rangeais mes armes. Je m'assied près de l'arme, j'en retirais la dague. Je la regardais avec un sourire fier. Je regardais de nouveau Naith.

"Pour en finir avec cette histoire de Griffons, je ne faisais que me défendre, tu voulais je me laisse faire? J'aurais dû les tuer ensemble pour ne pas laisser l'autre souffrir de la mort de son ami? Non. ils voulaient me tuer. On récolte ce que l'on sème. Qui cherche, trouve, non? Tu n'aurais pas fait la même chose si deux Léviathans voulaient te faire la même chose?"

J'attendais sa réaction, l'air calme et confiant. J'ajoutais, avant de laisser de nouveau le silence prendre le dessus :

"Et qu'est-ce qu'on fait? On reste dans cet endroit, nous allons dans un abri, ou nous repartons chacun de son côté?"

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Mar 9 Fév - 19:49

Spoiler:
 




Le Léviathan ne savait plus où se mettre désormais après mes propos peut-être... vexants. Il rangeait ses armes, hésitant jusqu'à ce que ses yeux deviennent jaunes. En le voyant agir ainsi je me demandais ce qu'il lui prenait. Soudainement il se saisit de sa dague, la projeta sur le tronc d'arbre avant de me proposer un entraînement afin de passer à autre chose. Se munissant d'une branche, il la pointa sur moi comme le ferait un escrimeur, le regard complice. Je réfléchissais un instant. Jouer n'a jamais fait de mal à personne, alors pourquoi pas ? Je m’apprêtais à faire de même lorsque Fulvus descendait de l'épaule de son avis avant de lui souffler que cet amusement n'était pas une bonne idée pour la guérison de ses pattes. C'est vrai, je les avais oubliées. Quelques minutes auparavant elles étaient teintées de rouge, couleur du sang. Maintenant elles étaient enturbannées dans un tissu pour les protéger. En si peu de temps, elles n'avaient pas guéris. Nous nous assagissions alors tous deux, Narcith s'assit lorsque ses yeux redevinrent verts. Il prit sa dague et se mit à l'observer une lueur fière dans le regard.

- Pour en finir avec cette histoire de Griffons, je ne faisais que me défendre, tu voulais je me laisse faire? J'aurais dû les tuer ensemble pour ne pas laisser l'autre souffrir de la mort de son ami? Non. ils voulaient me tuer. On récolte ce que l'on sème. Qui cherche, trouve, non? Tu n'aurais pas fait la même chose si deux Léviathans voulaient te faire la même chose?

Non, je n'ai pas dit le contraire. Lorsqu'on menace sa vie c'est normal de répliquer, mais pourquoi aussi violemment ? Tuer le fugitif pour ne pas le laisser rentrer seul ? Hors de question ! Je me posais ces questions sans vraiment savoir ce que j'aurai fait à sa place... Si, j'aurais sans doute essayé de communiquer plus longuement, esquivant les attaques à chaque fois. Ces derniers commentaires me firent écarquiller les pupilles. « On récolte ce que l'on sème. Qui cherche, trouve », de vraies paroles d'assassins qui me firent froid dans le dos.

- En effet, te laisser faire n'était pas envisageable, mais tuer non plus. Tu parles d'eux comme si c'étaient de vulgaires montures, sauf que pour moi il en va tout autrement. Ce sont des membres de ma famille. Pour ce qui est des Léviathans, j'aurais tenté de discuter, sans pour autant me battre. De plus, s'ils venaient à m'attaquer alors que je me trouvais sur leurs terres, cela serait compréhensible tu ne penses pas ?

Je me débinais, je contournais la question. Je ne savais pas comment faire, mais ça je ne lui dirais jamais, j'étais bien trop fière pour le faire. Si la situation devenait trop désespérée en cas de lutte, je pense que je m’enfuirais. Après tout, un espion face à un soldat n'a aucune chance à moins que celui-ci ne fasse passer d'autres priorités en premières. Si vraiment la situation devenait critique pour moi, ma capacité à me rendre invisible sauverait sans doute mon existence.

- Et qu'est-ce qu'on fait? On reste dans cet endroit, nous allons dans un abri, ou nous repartons chacun de notre côté?

Sa mine était redevenue calme, voire confiante. Il attendait une réponse de ma part. Que faire dans un endroit pareil... ?

- Personnellement j'aurai bien continué le jeu que tu m'avais proposé, mais vu l'état dans lequel sont tes pattes je pense qu'il vaut mieux oublier.

Mon regard se baissa une fois de plus sur celles-ci. Le pauvre, ça doit faire un mal de chien. Surtout qu'un Léviathan marche à quatre pattes, cela doit être vraiment handicapant en plus d'être extrêmement douloureux. Je ne vais tout de même pas le laisser repartir comme ça.

- Si tu veux partir, libre à toi de le faire, mais une fois de plus ce ne serait pas une bonne décision. Tu souffrirais trop. Par contre, je connais une caverne non loin d'ici. Si tu veux, on peut y aller.

Mes yeux se levèrent au ciel. Des nuages gris commençaient à se montrer menaçants, la pluie n'était sans doute plus bien loin. Il fallait qu'il réfléchisse vite. L'eau ne me dérangeait pas plus que ça, ma race y était très bien adaptée, normalement les Léviathans le sont eux aussi mais étrangement je me disais que ce n'était pas la même histoire pour Narcith. Je le pressais légèrement.

- En tout cas, décides-toi vite, la pluie n'est plus très loin.

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Dim 14 Fév - 19:16

Je savais qu'elle n'allait pas me comprendre, enfin passons, c'est du passé. Ces derniers commentaires la faisait écarquiller les pupilles et frissonnait un peu... Je ne vois pas ce que j'ai dit mal pourtant. elle me répondait... Comment elle me répond depuis notre rencontre, en choisissant ses mots :

En effet, te laisser faire n'était pas envisageable, mais tuer non plus. Tu parles d'eux comme si c'étaient de vulgaires montures, sauf que pour moi il en va tout autrement. Ce sont des membres de ma famille. Pour ce qui est des Léviathans, j'aurais tenté de discuter, sans pour autant me battre. De plus, s'ils venaient à m'attaquer alors que je me trouvais sur leurs terres, cela serait compréhensible tu ne penses pas ?

Elle m'agaçait, elle contournait la question... Mais mon hyperactivité me faisais parler un peu vite, après avoir eu une envie de jeu :

- Et qu'est-ce qu'on fait? On reste dans cet endroit, nous allons dans un abri, ou nous repartons chacun de notre côté?


Mon visage était redevenu calme, voire confiant, je lui souriait. J'attendais une réponse de sa part. Que faire dans un endroit pareil? Il faisait si froid... J'avais envie de me réchauffer, courir, où je ne sais quoi pour avoir chaud.

"Personnellement j'aurai bien continué le jeu que tu m'avais proposé, mais vu l'état dans lequel sont tes pattes je pense qu'il vaut mieux oublier."

Son regard se baissa une fois de plus sur celles-ci. Je ne le montrais pas pour faire mon fier devant elle, mais j'avais mal... Mais je serrais la mâchoire, et faisais avec. Je n'avais que cela à faire, je n'ai pas le choix.

Si tu veux partir, libre à toi de le faire, mais une fois de plus ce ne serait pas une bonne décision. Tu souffrirais trop. Par contre, je connais une caverne non loin d'ici. Si tu veux, on peut y aller.


Mais, ses yeux se levèrent au ciel. Des nuages gris commençaient à se montrer menaçants, la pluie n'était sans doute plus bien loin. Il fallait prendre une décision. Je décidais de la suivre :

"Nous allons venir avec toi, Fulvus et moi. La caverne semble être un bon endroit en attendant que le temps soit meilleur. Tu viens, Fulvus?

- Oui ! Je déteste la pluie !"

Je décidais de suivre la Dragonne de Glace jusqu'à la caverne. Je la voyais immense, et dès notre entrée dans celle-ci, je me blotissais contre Naith en vitesse pour avoir un peu de chaleur, mais son élément de glace la rendait "froide". Je sursautais :

"AAhahAHhhh ! Mais tu es glacée ! C'est surprenant ! Comment tu fais?"


Mon petit cri raisonnait dans toute la caverne. Fulvus était contre la paroi du fond, dans une position confortable, se réchauffant naturellement. La pluie commençais à tomber, et ce de plus en plus fort. Le prochain pas fut presque fatal : une de mes pattes se remis à saigner, et teint de rouge le tissu qui entourait mes pattes. Je tombais sur le sol, vaincu par la douleur, et me laissait me reposer.

Je ne savais pas comment Naith allait réagir, mais je m'en moquais un peu, la douleur était plus forte que sa présence... Mais pourtant, par instinct, je me relevais, me mettais au bord de l'entrée de la grotte, enlevais les tissus, et laissais mes pattes avant sous la pluie, ce qui me soulageait fortement.

Fulvus me rejoignait et se blottissait contre moi, comme pour m'accompagner. Je ne savais pas si la Dragonne allait venir aussi, elle semblait habituée au froid, quelle chance !

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Jeu 10 Mar - 14:09

Spoiler:
 




Toutes les paires d'yeux se levèrent au ciel, y compris la mienne. Le climat se dégradait rapidement, seul un idiot n'y aurait prêté aucune attention. Cet endroit normalement si bleu devenait de plus en plus grisâtre. Si tu veux prendre une décision, fais-le vite... Bien que la pluie ne me déplaise. Ils décidèrent finalement de me suivre. A l'évidence l'eau ne leur convenait pas... Nous nous mettions alors en route, moi la première pour les guider. Il serait bête de se perdre sous un déluge. Rapidement l'entrée de la grotte se fit voir, elle était assez profonde, voilà de quoi nous abriter du vent. J'allais me coucher devant l'entrée de sorte à ce que mes pattes avants puissent être mouillées si jamais la pluie arrivait. Le Léviathan me rejoignit sous peu, sans demander mon avis il s'était blottis contre mon flanc. Je le regardais d'un mauvais œil. Nous ne nous étions rencontrés que le jour même et voilà qu'il agissait comme si nous nous connaissions depuis notre plus jeune âge ! Quelle attitude déplacée...

- AahahAhhhh ! Mais tu es glacée ! C'est surprenant ! Comment tu fais ?

Il venait de s'exclamer dans un sursaut. Au moins, tu ne referas plus ça si je suis aussi froide pour toi... Je soupirais, lasse. Et puis, il aurait pu s'en douter, toute l'année je vivais dans un désert de glace et de neige. Ma race s'y est bien sûr accommodée, voilà pourquoi mes écailles dégageaient une telle fraîcheur. De la sorte je ne ressentais pas ou très peu les brûlures que les autres ressentaient en venant ici.

- Je n'en sais rien, ma race est faite comme ça. Je ne sens pas le froid et cette température corporelle me préserve un peu du chaud.

Boum. A côté de moi, Narcith venait de s'écrouler alors que la pluie commençait à peine à fendre l'air. Que se passe-t-il ? Son attitude laissait à penser qu'il souffrait le martyre. Le flash : ses pattes ! De nouveau les tissus ayant pour but de retenir l'écoulement du sang ne faisaient plus effet. Manque de chance, c'étaient mes derniers... Rentrer chez moi pour revenir prendrait trop de temps... Tant pis, il fallait qu'il le supporte... Le long dragon se relevait, ne m'adressant aucun regard, alla faire couleur l'eau de pluie sur ses plaies rouvertes. Je m'approchais de lui, jusqu'à me retrouver sous la flotte. Mon aile gauche se déplia, légèrement en dessus de ces pattes endolories. Durant un instant, l'eau cessa de couler avant de reprendre de plus belle. Les membranes de l'aile permettaient à l'eau de s'y faire un réservoir et d'ainsi accroire l'écoulement. Sans doute serait-il plus vite soulagé.

- Je ne crains pas le froid, alors laisse-moi t'aider.

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcith Eiro

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 28
~ Gemmes : 135

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Mer 27 Juil - 18:17

Après mes réactions sur son corps glacé, je m'étais écroulé sur le sol, saignant des pattes, et m'étais levé pour laisser mes pattes sous l'eau. L'eau était froide, je grimace et laisser Naith se poser à côté de moi, d'un air sereine. Elle écarte ses ailes au dessus de moi, ce qui laisse un peu moins d'eau passer, et qui me soulage. Elle dit, pour me rassurer, moi qui continue de grimacer :

"Je ne crains pas le froid, alors laisse-moi t'aider."

Je la regarde en souriant, puis détourne un peu le regard, incapable de remercier. Je me retrouvais soudainement dans un état d'esprit un peu sombre. Mes yeux se colorent d'un rouge menaçant. Mon visage se durcit, dévoilant un regard tyrannique. Je souris, d'un air malsain.
Fulvus renifle du fond de la grotte, et sent mon changement de comportement. Il agite un peu les ailes pour avertir la dragonne.

"raaah ! rraaaah !"

Je continuais de regarder le ville au loin, et me posais des questions, que je pose en toute impudeur.

"Hum... C'est quoi, la ville, là-bas? C'est quoi son nom? tu viens de là bas?"

Je posais ces questions d'un air pressé de connaître les réponses. J'oubliais mes bonnes manières un instant. L'oiseau s'agite encore, ayant du mal à marcher. Il tire la queue de la dragonne doucement pour la prévenir du danger. Il chuchote :

"S'il a les yeux rouges, tu devrais fuir..."

Je baissais la tête. Je grognais un peu. Tais-toi, Fulvus... Je ne suis pas un danger... Je pose de simples questions...
J'espérais une réponse rapidement, sous peine de devenir hors de contrôle. Je regarde donc la dragonne d'un air menaçant, les yeux rouges luisants se voyant...

_________________
So prepare for the coup of the century... Be prepared for the murkiest scam !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naith

♦ Dragon ♦
Feu et glace

avatar


~ Messages : 225
~ Gemmes : 1086

~ Statistiques
Physique:
60/100  (60/100)
Mental:
55/100  (55/100)
Social:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   Jeu 28 Juil - 17:24


Je m'étais assise pour me mettre plus à mon aise aux côtés du léviathan. Au contact de ses pattes, l'eau prenait une teinte rosée. La vache, il s'était vraiment acharné sur ce maudit tronc. Le pauvre n'avait pourtant rien demandé... Le tout étant que ma petit attention semblait ravir Narcith qui me lançait un beau sourire. Celui-ci disparût bien trop vite à mon goût pour se faire remplacer par l'air sombre que m'avait déjà montré le rouge. Il n'allait pas recommencer tout de même ? Surtout que je voyais mal ce qui pouvait provoquer cet état d'esprit à ce moment-là... Ayant senti la menace Fulvus, son compagnon, m'avertissait par de petits croisements.

Raaah ! Rraaaah !

Pas la peine de me prévenir, son air mauvais ainsi que ses yeux sanguinaires ne pouvaient pas passer inaperçu. Trouves un truc pour détourner son attention, trouves un truc ! Je n'allais tout de même pas le laisser dans cet état. C'était dangereux pour lui, Fulvus mais aussi pour moi. Il valait mieux pour tout le monde qu'une idée me traverse la tête.

Hum... C'est quoi, la ville, là-bas? C'est quoi son nom? tu viens de là bas?

Je plissais les yeux et projetais mon regard au loin. Il avait une sacrée bonne vue. De notre poste, j'essayais d'identifier la cité qui nous faisait face. Peut-être Garius ? Non, nous étions bien trop loin pour ne serait-ce qu'en apercevoir les remparts... Aïe !

S'il a les yeux rouges, tu devrais fuir...

L'oiseau venait de me picorer la queue, je lui retirais d'entre le bec et l'enroulais autour de mes pattes. Estimes-toi heureux que je ne t'en ai pas flanqué une ! Le vautour pouvait insister autant qu'il le voulait, je ne comptais pas revenir sur ma parole : je ne le laisserais pas seul ici. Je sifflais à l’attention de Fulvus avant de reporter mon attention sur Narcith.

Je ne sais pas vraiment... Sûrement un village qui borde les environs. Ma ville est beaucoup plus grande, j'habite à Garius. T'es dans la capitales de Braserio toi?

_________________

Espionne de l'Alliance:
 


Naith vous parle en paleturquoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre avec une recrue [PV: Narcith Eiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro's Kingdom  :: 
Zones RPG
 :: Alliance de Givre :: Plateaux
-