AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ace Ryûei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Ace Ryûei   Jeu 11 Aoû - 11:54

Informations


    Prénom : Ace (se prononce à l'anglaise)
    Nom : Ryûei
    Surnom(s) : A vous de lui en trouver un.
    Sexe : Mâle.
    Âge : 17 ans.
    Métier : Lycéen, ça compte?
    Faction : Royaume de Braserio.
    Réputation (entre 0 et 5) : 0
    Race & description :
    Léviathan Liberia Noctis:
     

Pouvoirs & Capacités


    Équipement : Arme :
    Katana:
     
    Bijoux :
    Agrément pour corne:
     
    Autres :
    Saccoche en cuir d'étudiant:
     
    Feuilles de papier:
     
    Plumes:
     
    Encore noire:
     
    Porte-documents:
     

    Éléments : Ténèbres - Vent
    Pouvoirs :
    Transformation bestiale:
     
    Elévation:
     
    Furie : Aucune

Physique & Mental


    Physique : Ace est un léviathan musclé d'environ dix mètres de long, il est encore adolescent et n'a donc par conséquent pas encore atteint sa taille adulte. Son corps est entièrement recouvert de fines écailles elles-même recouvertes d'une épaisse fourrure soyeuse et duveteuse dont la teinte principale se rapproche des couleurs de la nuit : le noir. Son ventre est quant à lui pourvu de fourrure blanche commençant vers sa jugulaire et se terminant à la base de sa queue. Au niveau des coudes et des genoux, le pelage se fait moins important pour finalement disparaître totalement et laisser place à des écailles bien plus solides pouvant être apparentées à des jambières. Les extrémités de ses pattes sont affûtées de longue griffes apparentes et ne pouvant être cachées, le tout étant d'un blanc remontant jusqu'aux poignets et chevilles. La longue créature et dotée d'une longue queue touffue dont les poils dépassent largement la longueur de ceux du corps, elle est comparable à une queue de cheval, à son bout est attribué une pointe de blanc longue de soixante centimètres. Par temps froids, le léviathan se régale d'enrouler sa queue autour de son cou pour s'en servir d'écharpe. Son encolure, parlons-en. Elle possède une longue crinière noire, se stoppant au niveau de ses omoplates. Si vous remontrez le long de son cou, vous pourrez voir émerger deux splendides cornes brunes foncées, se séparant chacune en trois bouts, la première séparation se faisant presque à la naissance des bois, l'autre sur la fin. Pour finir, cette magnifique chevelure se scinde en deux mèches sur le haut de son front, lui conférant ainsi un air irrésistible. Son air charmeur est sans compté son visage gracieux, mélange de traits félins et canidés. Deux grandes oreilles se dressent au sommet de sa tête, elles ressemblent vaguement à celles que possèdent les loups. Ses yeux, entourés de poils blancs, imitent ceux des chats dans leur attitude. Ses prunelles brillent d'un éclat doré et n'ont aucun mal à voir dans l'obscurité. Enfin, son museau se termine par une truffe bordée de babines blanches d'où pointent maintes moustaches félines.

    Caractère : Ace est un léviathan audacieux qui n'hésite pas à instaurer de nouvelles choses pour améliorer son quotidien comme celui des autres. Il n'en a pas conscience mais tous ceux le connaissant le qualifient comme bon, serviable, aimable. Il ne supporte pas de voir des innocents se retrouver mêlés à des conflits qui ne les regardent pas, il trouve ça affreux de les voir souffrir pour rien. En tout bon garçon qu'il est, il préfère leur tendre la patte plutôt que de poursuivre sa route en faisant comme qu'il n'avait rien vu, rien attendu, rien ressenti. Aider son prochain fait partie de sa philosophie. Malgré toute l'aide qu'il fourni aux inconnus, Ace est fier et a par conséquent énormément de mal à en demander pour lui-même. Il fait parti de ces personnes qui donnent plus que ce qu'elles ne reçoivent. Il sait pertinemment que le monde n'est pas aussi beau que ce que voudrait faire croire certain, alors à sa manière, il essaie de mettre ne serait-ce qu'un peu de gaieté dans le cœur des habitants. C'est un jeune très perspicace, il faut dire qu'il triche un peu à vrai dire, il est synesthésique (pour ceux qui ne savent pas c'est le fait de pouvoir associer deux sens, je me permets de vous renvoyer vers Wikipédia pour plus amples explications) ce qui lui permet d'associer les intonations des phrases qu'il entend avec des couleurs, à noter que chaque couleur réfère à une émotion, à un état d'âme... Il n'a cependant pas encore appris à toutes les décryptées, il les apprendra toutes avec le temps. C'est un adolescent très sociable qui ne recule pas devant les rencontres qu'il serait mené à faire. Il pousse d'ailleurs le destin dans le but de voir le plus de personnes possible, quitte à s'en aller du Royaume pour un temps. Quelques soient les origines, Ace fera de son mieux pour intégrer les nouveaux arrivants tout comme se faire accepter par les résidents. Il ne porte aucun préjugé sur les autres espèces, pour lui, chacun est unique et personne ne mérite de porter le poids des moqueries de leurs congénères. S'il y a des généralités, les exceptions ne sont pas bien loin. Il trouve idiot d'écouter bêtement les autre et préfère nettement se faire sa propre opinion sur la question. Il est très imaginatif quand il se met à réfléchir, ce jeune léviathan est loin d'être bête. Il fait d'ailleurs parti des meilleurs de sa classe. Après tout, il se donne les moyens de réussir, il n'est pas rare qu'il reste à sa place une fois les cours terminés. Seul, il sort ses manuels, ses exercices et étudie. Le concierge a finit par accepter sa présence dans l'établissement alors que tous l'avaient déjà quitté. Il arrive même parfois qu'il se déplace jusqu'à la bibliothèque pour trouver les réponses qu'il cherche dans les multiples livres qu'offrent la pièce.Voilà de quoi sont faites ses fins de journée. Ace est très curieux, un rien ne l'intrigue, apprendre est la seule solution pour remédier à cette curiosité, et il aime ça. Il est très attentif et concentré dans les tâches qu'il entreprend, lui offrant ainsi une vitesse d'apprentissage formidable. Mais ce qu'il déteste le plus c'est de devoir attendre le temps que ses efforts ne paient. Il aimerait que tout rentre immédiatement sans pour autant devoir répéter d'innombrable fois, il est impatient sur ce point-là mais sait écouter quand il le faut. Cette impatience se manifeste par de la suractivité, lorsqu'il ne fait rien il ne sait pas tenir en place. Il faut constamment que son esprit soit occupé par un quelconque problème pour lui permettre de rester immobile. C'est pour cela qu'il s'est acheté un katana, pour pouvoir se défouler quand il s’ennuie, ses parents financent en plus des cours d'art martiaux pour l'aider à se maîtriser. Il rêve d'un jour où il pourrait entrer au service de sa faction pour perfectionner ses technique ainsi que pour trouver la force de retrouver son amie d'enfance.


Story


    Le village où j'ai vu le jour pour la toute première fois se trouvait dans une région éloignée du Royaume, à proximité de la campagne, c'était une petite citée qui ne comportait pas plus de cinq-cents habitants. Passez-y toute votre vie et vous connaîtrez tout le monde sur le bout de doigts. Elle était composée entièrement de léviathans, il y avait bien sûr quelques voyageurs qui faisaient escale de temps à autres pour se reposer, mais jamais bien longtemps et repartaient vite sur les routes. Les premiers jours qui suivirent l'éclosion de mon œuf furent les plus doux de toute mon existence. Ma famille n'était pas l'une de celles dont on vante les exploits, non, la mienne en était une des plus ordinaires. Elle me fournissait tout l'amour dont j'avais besoin pour pouvoir m'épanouir pleinement. Ils veillaient sur moi en permanence, ne me laissant jamais seul mes parents m’emmenaient dans tous leurs déplacements. Bien vite, ma petite bouille de l'époque fit rapidement le tour de notre civilisation pour y laisser une empreinte indélébile. Mon langage se développa ainsi aisément, le fait de voir du monde constamment m'y avait certainement aidé. C'est précisément à cette période que je me fis mes premiers amis, notamment Baïla, ma voisine. Une magnifique femelle à la fourrure blanche tachetée de gris, aussi gentille qu'attentionnée, elle adorait danser. J'appris rapidement à la connaître, le courant passait très bien entre nous. Par chance, nos parents respectifs s'attendaient à merveille. Nous passions nos journées à nous amuser à l'extérieur, parfois dans les rues du quartier, parfois dans le parc du village, parfois dans les champs de blés qui entouraient nos maisons. Toute cette verdure, c'était le paradis. Nous pouvions laisser libre court à notre imagination pour inventer des jeux sans déranger personne. Mais qui dit amusement dit forcément bêtises. Nos premiers coups foireux, nous les fîmes ensemble. Bien évidement, c'était sans compter l'agacement de nos géniteurs. Je me rappelle de ce jour où Baïla et moi avions cueillis bon nombre d'herbes urticantes pour les déposer et les frotter énergiquement sur un paysan du coin qui faisait tranquillement sa sieste sur un banc. Le pauvre s'était réveillé en sursaut, pattes enfouies dans son pelage dans l'espoir de déloger quelques plantes. Cette tête qu'il nous avait tiré, vous auriez dû voir ça, c'était à mourir de rire. Les réprimandes n'avaient néanmoins pas tardé à tomber. Le soir, c'était loin d'être la fête à la maison, ça grondait dans tous les sens. Nous furent cependant vite pardonnés à condition de ne plus recommencer. Ne plus recommencer quoi ? Cette petite farce ? Il ne nous restait nous qu'en trouver d'autres. De vrais petits diablotins...

    Le commencement de notre vie d'écolier, aux environs de six ans, nous calma bien vite. Le savoir que nos professeurs cherchaient à nous transmettre nous captivait bien plus que nos âneries. Le travail que l'on nous demandait de fournir une fois le cours fini, aussi minime soit-il, nous prenait assez de temps pour nous permettre de ne plus nous amuser au détriment d’autrui. De plus, mes parents commençaient à me fournir un apprentissage particulier, celui du ciel et des étoiles. Ce n'était pas compris dans le programme seulement cela relevait des cultes de ma races, je devais à tout prix les maîtriser d'ici mon entrée au collège. Nous étions scolarisés à l'école du village, ce n'était pas bien loin mais tout de même à une demie-heure de marche de chez nous. Tous les jours, nous nous y rendions à pieds, tous les deux, côtes à côtes tout en cherchant à savoir ce que nous réserverait ce nouveau levé de soleil. Nos parents ne nous accompagnaient pas, pas plus que les parents des autres enfants. Le village était suffisamment sécurisé pour nous permettre d'aller seuls. Le matin, la citée se transformait en véritable autoroute pour léviathans miniatures. Ce petit rituel matinal, en plus de nous rendre plus sûr de nous-même, nous permettait d’accroître notre autonomie. Les chances de se perdre lors des premiers trajets n'étaient pas nulles, si ce cas se présentait il nous suffisait juste de demander notre direction aux passants qui nous semblaient abordables. Nous aurions pu bien sûr faire l'école buissonnière mais nous n'en avions tout simplement pas envie, l'ambiance conviviale de l'établissement nous incitait à y aller sans broncher. S'y rendre était loin d'être une corvée pénible et éreintante. Les professeurs trouvaient les moyens pour nous faire apprécier les matières qui nous étaient imposées. Ma tranche d'amis s'élargissait considérablement en même temps que ma curiosité s'élevait au fur et à mesure que les jours avançaient lors de ces cinq années de primaires.

    Le temps passa et j'entrais au collège. Comme la plupart de mes amis léviathans, je devais me déplacer dans la ville la plus proche pour pouvoir recevoir mes enseignements. Baïla était toujours présente, nous ne nous étions pas quittés de vue. Étant encore voisins, nous effectuions le chemin scotchés l'un à l'autre, comme à notre habitude, mais cette fois accompagnés de quelques collègues. Le temps de route avait quasiment triplé. D'une demie heure nous étions directement passés à une heure et quart, comptez l'aller-retour et vous passez à deux heures et demie de voyage par jour. C'était tout bonnement épuisant, se lever tôt pour ne pas arriver en retard et rentrer tard le soir après une dure journée passée à gratter sur des feuilles. Miraculeusement, le village avait installé un système de calèches tirées par des bœufs pour nous permettre d'arriver plus vite, sans ça nous en aurions eut pour la journée. Se trouver de bons compagnons de route pour faire passer le temps était donc primordial, en deux heures vous en aviez des choses à raconter... Les premières heures passées à la découverte de la ville et à celle de notre collège furent abominables. Tout était gigantesque, c'était si facile de se paumer. D'un village riquiqui nous passions à une véritable métropole, c'est le sentiment que nous éprouvions en foulant ce sol étranger. Nous étions tous tellement paniqués que notre premier jour dans l'école se conclut par un retard non négligeable. Nous avions sauté la première heure. Pourtant ce n'était pas faute d'avoir demandé notre chemin aux habitants... Une âme charitable avait néanmoins fini par nous accompagnés jusqu'au lieu escompté. Que le Ciel bénisse cette personne... Et comme si ce n'était pas suffisant, lors de la récréation, nous perdîmes nos camarades de classes de vue. Nous voilà reparti à errer en quête de la bonne salle... Tout ce récit misérable avait beaucoup amusé nos parents lorsque nous le leurs avions raconté, mais c'était loin d'être drôle ! Nous avions flippé à un point qu'ils ne pouvaient imaginer. Heureusement, nous nous étions vite acclimatés à cette nouvelle vie. Les élèves de notre classe avaient tous été très sympas et nous avaient montré rapidement les coin à connaître dans la ville, Baïla et moi comptions énormément sur eux.

    Lors de ma seconde année de collège, le temps fit venu pour moi d'apprendre à voler. Certain de mes amis le faisaient déjà en se servant de sortilèges. J'avais alors demandé à mes parents de m'apprendre ce pouvoir quand ils me répondirent que je n'en avais pas besoin. D'après eux, c'était naturel pour nous autres léviathans Liberias Noctis de flotter dans les airs. J'étais alors parti en compagnie de ma fidèle amie, sur un terrain plat et dégagé pour prévenir d'éventuels ratés. Nous nous étions exercés des jours durant jusqu'à ce que je parvienne à décoller et à me mouvoir maladroitement dans le ciel. Malheureusement, les essaies de Baïla furent moins fructueux que les miens, elle restait désespérément clouée au sol. J'avais beau la réconforter et l'encourager, la mine triste qu'affichait son visage ne la quittait jamais. Ce don de vol nous aurait épargné les longs trajets jusqu'au collège, beaucoup de nos amis nous avaient quittés en choisissant la voie des cieux pour y arriver plus rapidement. C'était dommage de ne pas pouvoir faire parti de la troupe, mais c'était comme ça. Pourquoi je ne me comptais pas parmi eux ? Je ne voulais pas abandonner Baïla. Je continuais alors de m'asseoir à ses côtés sur la charrette tirée par les animaux d'élevage pour me rendre en cours. Son incapacité à voler fut d'ailleurs le fruit de moqueries, notamment lorsque nous entrions en troisième année. Je ne pouvais m'empêcher de la défendre et me battais souvent pour elle, me valant ainsi plusieurs blessures. Un groupe avait une fois bénéficié de mon manque d'attention pour la provoquer. Ni une ni deux, je m'étais élancé sur eux, et sans ménagement. Je m'étais bien défendu, mais à quatre contre un, comprenez bien que je n'avais aucune chance. L'une de mes pattes avant avait d'ailleurs fini dans un plâtre. La pauvre s'en était voulue pendant plusieurs mois. Comprenant que je ne pourrais faire taire les méchancetés qu'elle subissait à la seule force de mes poings, je me résolus à la prendre sous ma tutelle et à la coacher. Son déclic se fit aux environs de la fin de l'année. Déterminés, nous avions foutu une branlée morale aux assaillants de ma sœur de cœur. Les vacances d'été se passèrent donc sans encombres.

    Les vacances battant son plein, Baïla et moi participions à de nombreux festivals. Allant de villes en villes, nous enchaînions fêtes sur fêtes. Nous avions même eut la chance de pouvoir observer le lancement de poudres colorées explosives, les poudres coûtant relativement cher, il était rare de pouvoir en voir. C'était les taupes qui s'en chargeaient, elle sont douées pour ça, elles la manient bien et me semble même qu'elles appelaient ce spectacle « feux d’artifices ». C'était merveilleux. Le jour d'après, nous partions pour une représentation. C'était un club de kendo qui venait faire une démonstration de leur art, seuls les maîtres d'armes étaient présents, pas leurs élèves. En temps normal, cette discipline se fait avec de faux sabres, seulement et spécialement pour cette journée, il avait été décidé d'en utiliser des vrais. Tout comme les fusées teintées, ce spectacle m'avait émerveillé. Je pense ne pas mentir en disant m’être senti totalement absorbé lorsque je les voyais manier leurs katana avec dextérité. Baïla avait moins apprécié, c'était compréhensible, je n'avais pas vu beaucoup de filles dans les gradins. Je l'avais tout de même remerciée de s'être tenue tranquille et de patienter jusqu'à ce que cela se finisse. La journée touchant à sa fin, nous rentrions chez nous, je me rappelle avoir invité Baïla à dîner. Cela faisait longtemps que nous n'avions pas partagé un bon repas ensemble. Je m'occupais de préparer le repas tandis qu'elle allait se reposer dans ma chambre. La journée avait été rude, nous n'avions pas cessé de bouger durant les jours précédents, elle méritait bien ce petit plaisir. Mes parents étant encore au boulot, j'attendais qu'ils franchissent le seuil de la porte pour appeler Baïla à se mettre à table. Dès le début du repas, je m'étais permis de prendre la parole pour faire part d'une requête à mes parents : posséder un katana. La démonstration de tout à l'heure m'avait tellement époustouflé que l'envie d'en posséder un ne me quittait pas. Ils refusèrent, ce n'était une surprise pour personne. Je leur demandais ensuite de m'inscrire dans un club, ils refusèrent une fois de plus, craignant de me transformer en machine de guerre. Je trouvais cela totalement absurde, mais n'insistais pas pour autant en les entendant me proposer une autre solution : faire partie d'un club d'art martiaux qui ne demandait aucune arme. La seule force ne viendrait que de l'adversaire et se retournerait contre lui. J'acceptais volontiers tout en gardant l'idée du katana dans un coin de la tête. Je choisissais de ne pas remettre le sujet en route de peur que mes parents ne reviennent sur leur parole en plus de ne pas vouloir mettre Baïla dans l'embarras devant une situation pesante. La soirée se termina au prix de délicieuses tisanes, j'incitais même mon amie à dormir chez moi, ce qu'elle déclina. Je vous vois venir gros pervers que vous êtes ! Je n'avais alors aucune arrière pensée et voulais simplement passer la nuit comme nous le faisions lorsque nous étions plus petits. Je me contentais donc de la raccompagner jusqu'à chez elle, bien que cela soit à côté, je saluais ses parents avant de leurs souhaiter à tous une bonne nuit et de m'en aller.

    Les congés prirent fins trop subitement à mon goût, il était temps pour tout le monde de reprendre le chemin de l'école. Pour moi, c'était ma dernière année de collège. Tout se déroulait comme je l'espérais, Baïla et moi étions toujours dans la même classe, à notre plus grand bonheur. J'avais même commencé mon entraînement d'art martiaux, j'étais le seul petit nouveau mais malgré ça, tous m’accueillirent à bras ouverts. Je me liais rapidement d'amitié avec les léviathans, pégases, taupes et autres dragons qui participaient aux cours. Je me plaisais dans ce club et je serais jamais assez reconnaissant envers mes parents pour m'y avoir inscrit, j'envisageais néanmoins toujours l'achat éventuel d'un katana. Mais peu importe, ce sport me plaisant, je ne me dépêchais pas pour en acquérir un. Au cours de l'année, j'appris une terrible nouvelle. J'allais déménager et laisser tous ceux que je connaissais derrière moi, ce qui me valut maintes engueulades. Même avec ce mécontentement évident, mes parents refusèrent de changer d'avis, ils voulaient voir du pays et pourquoi pas se poser dans un coin qui leurs plairait d'avantage qu'ici. Ne vous foutez pas de moi... Vous avez toute une vie pour le faire, pourquoi maintenant ? Ils n'ont jamais accepté de me répondre. Effondré de devoir me séparer de cette région si chère à mes yeux, j'évitais d'en parler à qui que ce soit. Même à mon amie d'enfance, j'avais trop peur de la blesser et préférais le lui dire quelques jours avant mon départ.

    Une journée aussi sombre que triste, les nuages s'amoncelaient au dessus de nos tête comme s'ils allaient pleurer ma peine. Le moment de s'en aller était arrivé, et comme je l'avais prévu, je n'avais révélé la vérité à Baïla que trois jours avant de partir. Elle s'était énervée contre moi pour ne pas lui avoir dit plus tôt et avait fondu en larmes dans mes bras tandis que moi je la cajolais pour lui faire passer le chagrin. Après s'être ressaisie, elle avait porté ses pattes à ses cornes et avait décroché l'un de ses ornements pour me l'offrir en me répétant que je pourrais me rappeler d'elle à chaque fois que j'entendrais le son de la clochette résonner. Je l'avais immédiatement porté puis m'étais mis à sangloter à mon tour. Cette journée-là, celle où nous devions déposer nos bagages dans la carriole qui devait nous mener à notre nouveau foyer, je m'étais promis de ne pas pleurer. Je tins bon malgré tous les remords qui pesaient sur mon cœur. Avant d’embarquer, je m'approchais une ultime fois de mon amie de toujours pour l'enlacer. Je reviendrais te voir, je te le promets. Sur ces dernières paroles, je m'éloignais d'elle et grimpais sur l'arrière du chariot péniblement, adressant un dernier signe de main aux habitant qui étaient venus nous dire au revoir. Assis entre les valises, je regardais le village s'éloigner de moi. Je me sentais mal, ma gorge serrée me brûlait. Mon cœur blessé battait dans ma poitrine comme si l'on venait d'y enfoncer un pieux. Mon regard était plongé en direction de mon amie et de mon ancienne vie jusqu'à ce que tout ne disparaisse à jamais.

    Voilà maintenant quelques mois que je m'étais installé dans ma nouvelle demeure. La vie n'était pas si mauvaise là où je me trouvais, j'avais une nouvelle maison, de nouveaux amis, un nouveau lycée... Il n'empêche que mon village natal me manquait. J'avais demandé à mes parents de ne pas retrouver un club d'art martiaux pour m'occuper, j'avais peur que l'ambiance détendue que j'avais connue ne soit plus la même. L'idée du katana me revint finalement en mémoire. Cela serait une bonne idée pour décompresser mais je savais pertinemment que mes parents ne verrait pas ça d'un très bon œil. Je décidais donc de m'en payer un par mes propres moyens, enchaînant petits boulots sur petits boulot après le lycée. Tantôt serveur dans un café, tantôt caissier dans les marchés, tantôt réceptionniste... C'était éprouvant mais au moins cela me permettait de vider mon esprit de toutes les sombres pensées qui m'obsédaient. Alors que je m’apprêtais à me rendre dans un magasin spécialisé, mes géniteurs décidèrent de déménager encore une fois. En si peu de temps ? Je pensais qu'il s'agissait d'une blague. C'était sérieux, je m'en revenais pas. J'avais du remettre l'achat à plus tard, le temps d'emballer toutes mes affaires et de partir pour une nouvelle ville où j'achetais mon arme. Par chance, mes parents n'y tombèrent pas dessus, je pense qu'ils m'auraient décapité s'ils l'avaient trouvé. A peine les cartons déballés que nous devions déjà repartir. Des fous, mes parents sont des fous. Je ne m'imaginais pas leur soif de voyage si grand... C'était reparti pour un tour. Retour à la case départ. Ce trafic dura longtemps, six déménagements au total et tous effectués la même année. J'avais fini par m'y habituer à tel point que je ne déballais même plus mes bibelots, seuls les trucs importants sortaient des boîtes, les autres restaient enfermés dans le noir des plus totaux. Mes résultats scolaires en pâtirent lourdement, je n'avais plus le temps de bosser mes cours ni même le temps de m'entraîner à la maîtrise de mon sabre. Cette année fut la plus chaotique de toute ma vie. Mais fort heureusement, ce rythme effréné fut interrompu par mon installation à Braserio. Là-bas j'y intégrais un lycée assez bien côté avec de bons résultats de sorti. Je ne sais pas comment j'y suis entré aux vues de mes notes de l'an passé, mais j'y étais parvenu. Mes parents avaient trouvé la ville qu'ils espéraient depuis longtemps, ça changeaient beaucoup de la campagne mais la capitale avait un certain charme, à sa manière. On ne risquait plus de bouger pour un bon moment, et c'était tant mieux. Je pouvais enfin reprendre mes études convenablement, je reprenais tranquillement la place que j'avais occupé pendant longtemps : la tête de classe. Je me réinscrivais même dans un club d'art martiaux auquel je pris facilement mes marques sans craindre un nouveau départ. Je me rendais après quelques semaines dans mon village natal, une fois tout stabilisé, accompagné simplement d'une sacoche. Cet an d'absence m'avait parût tellement long... Je languissais tellement de tous les revoir. Je me retenais de bondir, de hurler ma joie. Je comptais bien revenir aussi souvent que l'occasion se présenterait, mais pour l'heure, je tenais à en profiter un maximum. En me voyant accourir, les habitants qui me virent firent passer le message et bientôt une foule d'adolescents m’accueillit à bras ouverts. J'étais tellement heureux... Nous rions longuement, nous racontant les nouvelles croustillantes. Cependant, une manquait à l'appel, la plus importante de tous. Baïla n'était pas présente. Je demandais dès lors que je m'en aperçus, en guise de réponse mes vieux amis se mirent à échanger des regards hésitants. Baïla n'était plus là, elle était partie peu après moi. Je n'étais pas revenu suffisante rapidement pour la revoir... Je m'en voulais terriblement, je n'avais pas tenu promesse. Malgré tout cet apitoiement, je tentais de ne rien laisser transparaître mais je me doutais bien que les autres ressentaient ma peine. Je restais tout de même quelques jours en leurs compagnie puis rentrais à Braserio. Jamais, jamais je ne cesserais de te chercher. Je te retrouverais, qu'importe les moyens. Même si cela doit me prendre toute une vie, je ne renoncerais pas, cette fois, je tiendrais promesse.

You


    Prénom (facultatif) : Je l'ai mangé à la naissance... C'est grave?
    Âge : 16 depuis peu! Mais dans ma tête c'est toujours 3 ans...
    Puf : Naru!
    Comment avez-vous connu le forum ? Par top-site à la base.
    Comment le trouvez-vous ? Merveilleux c:
    Quelque chose pour l'améliorer ? Nada.
    Autres comptes ? Naith et Brimseï Oranaï.
    Autre : Au lieu de sortir ma licorne, j'ai sorti un Léviathan, j'ai retrouvé l'image et ça m'a emballé XD Et sinon, j'ai utilisé ma messagerie privée pour créer ce compte, mais pourrait-on mettre la même adresse que pour Naith s'il vous plaît?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 15:41

    Re-re-bonjour et re-re-bienvenue parmi nous Naru. XD
    J'ai zieuté le tout, j'aime beaucoup l'histoire. Je pense qu'il s'entendrait bien avec Arcus eux qui ont tous les deux vécus une séparation douloureuse. XD
    Comme d'habitude la fiche est parfaite, il y a juste un mini détails qu'il manque. Il faut ajouter la technique qui lui permet de voler à sa liste d'élément. Même si c'est un pouvoir de la race il faut quand même l'ajouter aux techniques.
    Une fois ça corrigé, ce sera tout bon, et je pourrais te valider. ^^

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 16:26

Merci, merci XD
Faudra qu'on se fasse un rp dans ce cas! ^^
Pour la technique, il faut que je lui mettre l’élément vent du coup ou pas? Comme c'est naturel dans ma tête ça ne le prenait pas comme un pouvoir XD

_________________

Ace sympathise avec vous en Black.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 18:28

    Oh ! Oui ! RP entre deux léviathans. ^^
    Soit la technique que j'ai créée pour Arcus donc dans l'élément du vent, mais si ça ne t'arrange pas je pense qu'il y a moyen de trafiquer une autre technique dans un autre élément pour avoir le même résultat. XD ^^

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 20:29

Je n'avais rien mis pensant que c'était comme pour les dragons étant donné que le vol est naturel pour la race que j'ai créé ^^ Le soucis que j'ai c'est que comme c'est naturel, c'est pas de la magie techniquement, alors donner un pouvoir magique pour pouvoir voler naturellement c'est... bizarre XD Je sais pas si tu me suis en fait XD
En gros, c'est comme donner un pouvoir de vol à un dragon qui sait voler naturellement. Si tu m'as suivi (je sais que j'explique très mal, donc je ne t’en voudrais pas si tu n'as rien compris XD), c'est donc obligé de lui filer un pouvoir de vol?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 21:29

Techniquement, tu as raison, mais dans la pratique même si c'est naturel chez eux, il n'empêche qu'ils arrivent à voler sans posséder d'ailes (à moins que j'ai mal lu) et quoi que ce soit, ce n'est pas si naturel que ça et ça reste de l'ordre de la magie. Et je te dis ça ce n'est pas pour t'embêter, ni parce que j'ai du créé le pouvoir pour Arcus (je suis pas comme ça. XD), mais surtout parce que ça ressemble à des espèces venimeuses qu'on a obligé à avoir un élément pour décrire une venimosité naturelle.

Si tu veux lancé l'idée que l'on change ça, je te suis, mais faudra que je bidouille un truc pour pas qu'il y ait de dérapage ni d'espèce over-cheaté à cause de surplus d'information dans l'espèce. XD
Genre ajouter une ou deux techniques passives qui n'entre pas en compte dans les éléments classiques. Ce serait faisable.

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 22:09

Ok je comprends, c'est vrai que sans ailes c'est bizarre aussi XD Je bidouille un pouvoir qui lui permettra de voler et voilà ^^

_________________

Ace sympathise avec vous en Black.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ece Icarius

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 677
~ Gemmes : 1242

~ Statistiques
Physique:
70/100  (70/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 22:24

C'est parfait. Je valide. ^^

_________________
Ece Icarius◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►

Ece parle en steelblue et Elena en slategray.
Merci à Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Ven 12 Aoû - 22:45

Merci, je fais sa fiche de gestion et voilà ^^
Faudra qu'on s'organise ce petit rp! :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcus Neodignis

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 634
~ Gemmes : 1896

~ Statistiques
Physique:
40/100  (40/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Sam 13 Aoû - 11:56

Oui ! On fait ça quand tu veux, où tu veux, je prends tout. Simplement, si tu pouvais commencer, ce serait génial. J'ai pas trop d'idée en ce moment. XD ^^

_________________
Arcus Neodignis◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►


Arcus parle en lightskyblue et Daï en greyblue.
Signature et avatar par Francis-John. Merci Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Sam 13 Aoû - 12:16

Ça roule ma poule! Je ne sais pas quand je posterais mais je t'assure que je le ferais avant la semaine prochaine. Je compte commencer le rp après la fin des cours d'Ace, et pourquoi pas le faire s’exercer au katana au Lac du Léviathan, ça te convient? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcus Neodignis

♦ Aryn Eldor ♦
Technicien & Admin

avatar


~ Messages : 634
~ Gemmes : 1896

~ Statistiques
Physique:
40/100  (40/100)
Mental:
50/100  (50/100)
Social:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Sam 13 Aoû - 13:01

Ça me convient, Arcus pourrait tomber dessus par hasard lors d'une permission. ^^

_________________
Arcus Neodignis◄• Présentation •►
◄• Fiche de gestion •►


Arcus parle en lightskyblue et Daï en greyblue.
Signature et avatar par Francis-John. Merci Kira pour ce superbe kit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ryûei

♦ Léviathan ♦
Honneur et courage

avatar


~ Messages : 59
~ Gemmes : 277

~ Statistiques
Physique:
100/100  (100/100)
Mental:
100/100  (100/100)
Social:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ace Ryûei   Sam 13 Aoû - 14:37

C'est parfait dans ce cas! ^^ J'organise tout ça et dès que c'est écris, je poste. Bien sûr, je le laisse en Libre ^^

_________________

Ace sympathise avec vous en Black.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ace Ryûei   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ace Ryûei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spyro's Kingdom  :: 
Personnage
 :: Présentations :: Archivées
-